Expos
« Femmes en regard » : l’oeil femmes et la photographie chez Guerlain

« Femmes en regard » : l’oeil femmes et la photographie chez Guerlain

24 mars 2021 | PAR Yaël Hirsch

Du 30 mars au 30 juin 2021, au 68 avenue des Champs Elysées, la Maison Guerlain présente dans sa boutique historique 14 photographies faites par des femmes, et qui posent la double question de la place des femmes dans l’histoire de la photo et de la singularité de leur oeil sur les femmes.

C’est sous le commissariat du directeur de la Maison Européenne de la Photographie, Jean-Luc Monterosso, et avec un mot de l’historienne Luce Lebart qui a co-signé avec Marie Robert le livre-somme sur la question des femmes photographes paru chez Textuel cet automne, que ces 14 photographies ont été rassemblées. Benoit Baume, directeur du magazine Fisheye et co-comissaire de cette exposition, nous l’a présentée, en attendant que le public puisse aller à la rencontre des oeuvres, après le confinement. Enfin, des conférences de plusieurs artistes exposées sont roganisées dont Sarah Moon, Valérie Belin et Charlotte Abramow doivent donner des conférences qui seront disponible en direct depuis la Maison Guerlain sur le web.

Lorsqu’on regarde dans la boutique Guerlain depuis l’avenue des Champs-Elysées, on voit au loin, derrière les flacons, une grande oeuvre de Valérie Belin, Liberty, dont le rose fort joue avec les miroirs et les couleurs de la maison. Au centre de la photo, au sens propre, c’est un mannequin. Cette oeuvre appartient aux collections Guerlain, tout comme celle qui est au bas de l’escalier signé par l’artiste sénégalaise habitant à New-York ; et elles posent d’ores et déjà toutes deux la question de la femme-objet en photographie, mais aussi celle de savoir, si, une fois activement photographe, le « regard féminin » est différent du « regard masculin » théorisé par Laura Mulvey en 1975. Selon Luce Lebart ce « female gaze », popularisé par l’essai d’Iris Brey, « est une revendication et une reconquête de la part des femmes« . Parmi celles que représente l’exposition, toutes ne sont pas d’accord avec l’idée qu’il y ait un regard féminin particulièrement différent. Et pourtant, la photo de Martine Franck, Hospice (1975), aussi bien que celle de la compagne d’Helmut Newton, Alice Springs, Margot Wert, ou celle de Sabine Weiss, La Petite Égyptienne (1983), et de la photographe de mode Dominique Issermann, Susie Bick Cave (1990) ; toutes jouent des flous et de la douceur – a minima -, et sont attentives aux marginaux, aux fragiles et à ne pas enfermer la femme dans son image. Les photos de Bettina Rheims (Charlotte Rampling au faîte de sa beauté) et de Delphine Diallo magnifient la femme. Françoise Huguier pose des questions sur les fans de K-pop (2015). Carole Benitah interroge les images vernaculaires de l’enfance. Sarah Moon (La Robe Rouge, 2010) floute les ligne et les couleurs. Christine Spengler (superbe Hommage à Marguerite Duras – La brûlure du désir) est une redécouverte, et Marie Rouge avec sa mystérieu.se Angele, ainsi que Charlotte Abramow avec sa voluptueuse Claire sont très engagées.
Et quoi de plus puissant qu’un des premiers autoportraits de Cindy Sherman (Untitled, 1975) pour clore cette série qui nous interroge à la fois sur la place et le regard des femmes.

Ne manquez pas le cycle de sept conférences qui donnent la parole à Charlotte Abramow, Valérie Belin, Françoise Huguier, Sarah Moon, Marie Rouge, Christine Spengler et Sabine Weiss le 15 avril, le 22 avril, le 29 avril, le 6 mai, le 20 mai, le 3 juin, et le 10 juin.
Informations, ici.

Visuel : Affiche de l’exposition

L’Orchestre Philharmonique de Radio France, Myung-whung Chung et Kian Soltani dans une puissante soirée allemande
Le Festival de Pâques de Deauville se maintient en 5 concerts numériques
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture