Politique culturelle
Olivier Py renouvelé pour un second mandat à la tête du Festival d’Avignon

Olivier Py renouvelé pour un second mandat à la tête du Festival d’Avignon

25 novembre 2016 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Le duo Olivier Py ( directeur) et Paul Rondin ( directeur délégué) a été sans surprise renouvelé à la tête du Festival d’Avignon pour un second mandat. L’occasion pour Olivier Py de développer jusqu’en 2018  son grand axe d’interaction entre le local, le numérique et l’international.

img_7754.jpg

Par communiqué Audrey Azoulay a déclaré : « Olivier Py s’attachera à révéler et à accompagner de nouvelles équipes artistiques et à développer la dimension internationale et européenne du festival. Son projet s’appuiera également sur la FabricA, lieu de création, de résidence et d’action culturelle notamment en direction des habitants et des enfants des écoles d’Avignon et sur l’itinérance des spectacles dans la région pendant le festival. »

En trois ans, le style Py s’est moulé à l’identité d’avant-garde du festival. Si en 2014 le bilan artistique avait été déplorable, les éditions 2015 puis 2016 ont montré la capacité du directeur à évoluer. Lors de la magnifique 70e édition les chiffres parlaient d’eux-même. Le Festival a compté 63 spectacles, soit 289 représentations. 126000 billets à la vente avec un taux de fréquentation de 95%. La part du gratuit fut importante avec 47000 événements en entrées libres. En tout, le Festival a compté 167000 entrées.

Sur le fond, les spectacles ont recommencé à refléter l’état du monde avec des fils conducteurs dorénavant bien ficelé. En 2016 les regards se tournaient vers les pays du moyen-orient et en 2016 L’Afrique subsaharienne sera à l’honneur.
Autre grande ambition d’Olivier Py, la FabricA est devenue un centre névralgique du numérique. Le lieu comprend un plateau aux dimensions de celui de la Cour d’Honneur est aussi un lieu de création et de répétitions.

Olivier Py et Paul Rondin ont donc la voie libre pour à la fois continuer à réancrer le festival d’Avignon dans sa ville tout au long de l’année et se concentrer sur une découverte artistique toujours plus pointue.

Visuel : ©ABN

Campagne VIH : « Si on avait eu un couple hétérosexuel sur les photos, rien de tout ça ne serait arrivé » affirme le président d’AIDES
« Kingsglaive », une introduction cinématographique alléchante à Final Fantasy XV
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *