Actu
Mostra de Venise 2020 : la sélection

Mostra de Venise 2020 : la sélection

03 août 2020 | PAR Loïs Rekiba

Pour le cinéma international, l’édition 2020 de la Mostra de Venise constituera un moment décisif. Mardi 28 juillet la liste des films en lice pour le Lion d’or était rendue publique. On y lit la volonté de la part des organisateurs d’organiser « un festival différent, sans renoncer à la qualité ni au nombre de films projetés pour la compétition. C’est donc au total 62 longs et 15 courts métrages qui feront partie de la programmation du célèbre festival de cinéma se tenant du 2 au 12 septembre.

Une Mostra 2020 irrévérencieuse et entièrement repensée à l’aune des contraintes sanitaires actuelles

Dans une visioconférence à l’adresse d’une partie du monde du cinéma, Alberto Barbera, le directeur de la Mostra de Venise affirmait : « Je vous attends début septembre ». D’un air jovial et apaisé, il engageait alors une discussion explicative sur l’organisation et le fonctionnement d’une édition 2020 de la Mostra bien particulière. En ces temps de coronavirus, il s’agit d’observer attentivement les problématiques de la société pour mieux construire le cinéma de demain. 

Si Alberto Barbera admet les restrictions dues à la crise sanitaire, il n’en reste pas moins que, pour lui « le cœur du festival est sain et sauf ». Pour relever le défi de cette édition si particulière, il a fait le choix de reporter la section des films expérimentaux et hors compétition (section Sconfini), puis celui de déplacer la section Venice Classics à Bologna ainsi que de convertir une partie du festival au numérique avec la Venise VR qui sera transformée en événement en ligne.

Ainsi, la Mostra 2020 sera plus modeste mais tout a été fait pour qu’elle demeure, selon les mots assurés de son directeur, « un festival extrêmement varié, composé de films du monde entier, sans aucune exclusion géographique. Il y a notamment des films de régions qui sont toujours frappés par le coronavirus et plus de 50 pays représentés par le festival. Venise sera toujours une fenêtre de la meilleure production de films dans le monde. » C’est donc avec joie et espoir que l’on retrouve un festival s’obstinant à poursuivre et à afficher sa volonté d’être dans les premières lignes d’une production cinématographique mondiale pour « le monde d’après », le day after. On notera au passage que pas un seul film estampillé  « Cannes 2020 » n’est présent sur le programme.

La programmation 

L’actrice Cate Blanchet sera la présidente du jury de cette 77e Mostra de Venise, c’est donc à elle que reviendra la charge de remettre le prix prestigieux du Lion d’or au meilleur film de la compétition. Les nommés sont…. 

In Between Dying – Hilal Baydarov
The Macaluso Sisters – Emma Dante
The World to Come – Mona Fastvold
Nuevo orden – Michel Franco
Lovers – Nicole Garcia
Laila in Haifa – Amos Gitai
Dear Comrades – Andrei Konchalovsky
Wife of a Spy – Kiyoshi Kurosawa
Sun Children – Majid Majidi
Pieces of a Woman – Kornél Mundruczó
Miss Marx – Susanna Nicchiarelli
Padrenostro – Claudio Noce
Notturno – Gianfranco Rosi
Never Gonna Snow Again – Malgorzata Szumowska et Michal Englert
The Disciple – Chaitanya Tamhane
And Tomorrow the Entire World – Julia Von Heinz
Quo Vadis, Aida? – Jasmila Zbanic
Nomadland – Chloé Zhao

Dans la sélection Orizzonti :

Apples – Christos Nikou
La troisième guerre – Giovanni Aloi
Milestone – Ivan Ayr
The Wasteland – Ahmad Bahrami
The Man Who Sold His Skin – Kaouther Ben Hania
I predatori – Pietro Castellitto
Mainstream – Gia Coppola
Genus Pan – Lav Diaz
Zanka Contact – Ismaël El Iraki
Guerra e pace – Martina Parenti et Massimo D’Anolfi
La nuit des rois – Philippe Lacôte
The Furnace – Robert Mackay
Careless Crime – Shahram Mokri
Gaza Mon Amour – Tarzan et Arab Nasser
Selva trágica – Yulene Olaizola
Nowhere Special – Uberto Pasolini
Listen – Ana Rocha de Sousa
The Best Is Yet to Come – Wang Jing
Yellow Cat – Adilkhan Yerzhanov

La Mostra 2020, une occasion spéciale pour poser la question de l’avenir du 7e art au temps du coronavirus

On remarque la grande résilience d’une manifestation culturelle comme la Mostra. En effet, de nombreuses difficultés se sont posées à elle comme, par exemple, l’absence de stars hollywoodiennes entrainant indirectement le report massif des films américains, l’effondrement des recettes dans les salles de cinéma, ainsi que l’absence de films Netflix. Reste que La Mostra est donc, avec Deauville, l’un des seuls festivals de cinéma qui, du fait qu’ils peuvent se maintenir pourront, nous l’espérons, tracer une ébauche de réflexion autour de l’avenir du cinéma international. Car en tant que ville carrefour, Venise est le point central de toutes les questions cruciales pour l’avenir du cinéma. Relever les défis de la relation entre les salles et les plateformes, le numérique, puis la question de la production d’un cinéma plus « local » et en adéquation avec l’écologie. Enfin, envisager la place et l’importance de l’activité cinématographique dans la caractérisation de l’identité d’une région, d’un pays, et même d’un continent tout entier, celui de l’Europe, en pleine crise sanitaire, sociale et politique auquel le cinéma peut et doit se confronter, en obtenant plus de moyens de la part des pouvoir publics, par exemple.

 

©Jean-Pierre Dalbera/Flickr/domaine public

Julien Fournié met la clientèle au cœur de ses préoccupations pendant la Haute Couture Online
L’agenda classique de la semaine du 4 août 2020
Loïs Rekiba

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *