Actu

Les finalistes du Goncourt 2015 : Une sélection orientaliste qui entérine l’idée d’un prix passéiste

Les finalistes du Goncourt 2015 : Une sélection orientaliste qui entérine l’idée d’un prix passéiste

28 octobre 2015 | PAR Yaël Hirsch

Réunis dans l’enceinte très symbolique du Bardo, les académiciens ont dévoilé la short list du Goncourt. Le favori Boualem Sansal se voit disqualifié.

Avec pour quatre romans finalistes, une rêverie sur Racine et sa princesse de Judée répudiée (Nathalie Azoulai pour Titus n’aimait pas Bérénice chez POL), l’étal glorieux des savoirs d’un orientaliste installé à Vienne, ville représentée comme porte de l’Orient, (Mathias Enard pour Boussole chez Actes Sud), une intrigue politique qui se passe au Maghreb colonisé en 1922 (Hédi Kaddour pour Les Prépondérants chez Gallimard) et les souvenirs romancés à la Lawrence Durrell de sa jeunesse en Egypte par l’ethnopsychiatre Tobie Nathan pour Ce pays qui te ressemble (Stock), il n’est pas peu de dire que ce prix Goncourt a un goût d’Orient.

De là à dire que que le jury a fait des choix de textes plein de fantasmes orientalistes sur l’Afrique du Nord, il n’y a qu’un pas…

Il est vrai que depuis 2011 et le couronnement de l’Art Français de la guerre d’Alexis Jenni qui était une l’épopée glorifiant la guerre, du maquis aux colonies, tous les prix Goncourt parlent d’Histoire (La Grande Guerre avec Au-Revoir là-haut, La Guerre d’Espagne dans Pas pleurer, la Chute de de Rome et la décadence d’un village Corse dans Le sermon sur la Chute de Rome avec un joli français et une nostalgie poétique ou gouailleuse. Dans tous les cas, on sent que l’Empire touche a sa fin et on le regrette. La Carte et le Territoire de Michel Houellebecq était probablement le dernier Goncourt qui primait un regard original sur notre présent.

Même si littérairement le Nathalie Azoulai est probablement le roman le plus fort, pour tout ce qu’il représente, Tobie Nathan est probablement le grand favori de cette shortlist.

Visuel : Couverture

[Critique] Splendide « Pénélope » à l’Opéra du Rhin
La sélèction cinéma de la semaine du 28 octobre
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : yae[email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *