Actu
Lydie Salvayre, lauréate du prix Goncourt 2014 pour «Pas pleurer»

Lydie Salvayre, lauréate du prix Goncourt 2014 pour «Pas pleurer»

05 novembre 2014 | PAR Nina Farge

Au terme des délibérations, les jurés du prix Goncourt ont décidé de récompenser cette année Lydie Salvayre pour son roman Pas pleurer, paru aux éditions Seuil. Une consécration pour cette écrivaine née de parents espagnols exilés en France, qui a su s’illustrer dans une littérature qui n’est pas celle de sa langue maternelle.

Née en 1948, Lydie Salvayre a un parcours singulier, erratique: après avoir effectué une licence de Lettres à l’Université de Toulouse, elle intègre ainsi la Faculté de Médecine en 1969 et exerce par la suite une activité de psychiatre à Marseille. Elle n’abandonne pas l’écriture pour autant, et publie dans plusieurs revues locales en parallèle.

Auteure de La compagnie des spectres (Seuil 1997), récompensée par le Prix Novembre et élu « Meilleur livre de l’année » par la revue littéraire Lire en 1997,  et de Hymne (Seuil, 2011); la romancière se place ici sous l’aune de Georges Bernanos pour livrer le portrait d’une femme humble dans la tourmente de la guerre d’Espagne. Pas pleurer, qui a récolté six voix, est parvenu à déjouer des pronostics prompts à donner en vainqueurs Charlotte, de David Foenkinos (Gallimard) qui hérite lui du Renaudot,  ou Meursault contre-enquête (Actes Sud, quatre voix) de Kamel Daoud.

La Ministre de la Culture et de la Communication Fleur Pellerin a fait part dans un communiqué de ses « sincères félicitations » à celle qui aura su écrire le « dialogue fructueux » des langues et cultures française et espagnole.

Visuel: Couverture de Pas pleurer, Lydie Salvayre (éditions Seuil)

Le récit : l’acteur méconnu de la psychanalyse
L’édition 2014 du prix Renaudot revient David Foenkinos pour son livre Charlotte
Nina Farge
Étudiante en deuxième année de master "Administration de la musique et des arts du spectacle vivant" à l'université d'Evry, licenciée en "Lettres et Arts"; je me passionne depuis toujours pour la culture, et plus particulièrement pour la danse.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *