Derniers jours : cinq expositions à voir d’urgence à Paris en juillet

11 juillet 2018 Par
Lucile Brusset
| 0 commentaires

Vous restez dans la Ville Lumière à travailler au mois de juillet ? Profitez-en pour voir in extremis cinq expositions importantes de la saison printemps-été et qui se terminent avant la rentrée.

1 – Vibrer aux couleurs de Kupka au Grand Palais

kupka-pionnier_3807210636538645927

Jusqu’au 30 juillet, vous pouvez encore découvrir l’exceptionnelle rétrospective du Grand Palais dédiée à l’oeuvre du génialissisme František Kupka. A la fois thématique et chronologique, l’exposition présente 300 peintures, dessins, gravures et livres qui dévoilent la personnalité singulière et engagée d’un artiste qui a pleinement participé à l’aventure de l’art abstrait. Un festival de couleurs, de formes et de mouvements à ne pas manquer ! Notre critique de l’exposition à découvrir ici. 

2 –  Partir à la découverte des peintres baltes au Musée d’Orsay

ad3471fc6d54fe03166850a0b21da063

« Âmes sauvages » c’est l’exposition événement du Musée d’Orsay qui se termine le 15 juillet. Célébrant le centenaire de la constitution des pays Baltes après la fin de la Première Guerre Mondiale, elle invite à découvrir le symbolisme balte, dont l’émancipation de la conscience qu’il véhicule est indissociable de l’histoire de l’Estonie, la Lituanie et la Lettonie. Couvrant une période s’étalant des années 1890 aux années 1920-1930, l’exposition met en lumière des artistes qui, pour la plupart, n’ont jamais été exposé hors de leur pays. Pour notre plus grand bonheur ! Notre critique ici. 

3 – Rêver devant les années folles de Foujita au Musée Maillol

captureafa2011

Jusqu’au 15 juillet, l’exposition consacrée à Foujita au musée Maillol reste à découvrir. Présentant plus d’une centaine d’œuvres de l’artiste japonais, elle se concentre sur la première période parisienne de l’artiste, entre 1913 et 1931 et retrace ainsi le caractère exceptionnelle des années folles de Foujita à Montparnasse. Bercée entre deux cultures, japonaise et française, l’exposition est un petit bijou qui permet de mieux comprendre l’oeuvre lumineuse du plus oriental des peintres parisiens ! La critique de l’exposition à découvrir ici. 

4 – Admirer le talent de Margiela au Palais Galliera 

337442-margiela-galliera-1989-2009-la-retrospective-margiela-au-palais-galliera

Le Musée de la mode propose jusqu’au 15 juillet de faire connaissance avec l’univers de Martin Margiela, créateur belge qui remit en question l’esthétique de la mode de son temps. Vêtements de poupée, habits « oversize » agrandis à 200 %, imprimés en trompe-l’œil… à travers plus de 100 silhouettes, l’exposition offre un regard inédit sur l’un des créateurs les plus influents de la mode contemporaine.  A découvrir au Palais Galliera ! Notre critique de l’exposition ici. 

5 – Redécouvrir Delacroix au musée du Louvre

530-affiche-dela

Créée en partenariat avec le Metropolitan Museum of Art de New York, l’exposition « Delacroix » au Musée du Louvre fermera ses portes le 23 juillet. Inédit à Paris depuis l’exposition du centenaire de sa mort en 1863, l’événement rassemble plus de 180 œuvres du maître et propose, dans un parcours original, de mettre en évidence la tension qui caractérisait la création d’un artiste en quête d’originalité et mû par le désir de s’inscrire dans la tradition des artistes flamands et vénitiens des 16e et 17e siècles.

Bonus : l’avant-garde russe à Pompidou !

th-2

Chagall, Lissitzky, Malévitch : voilà les trois peintres que l’exposition du Centre Pompidou dédiée à l’avant-garde russe vous propose de (re)découvrir jusqu’au 16 juillet, entre autres talentueux artistes. Véritable pépite, la manifestation éclaire au travers une pléthore d’œuvres les années post-révolutionnaires où, loin des métropoles russes, l’histoire de l’art s’écrit à Vitebsk et développent un « art de gauche ». La critique de l’exposition ici. 

Visuels : ©Affiche des expositions