Restaurants & Bars

Djavid, du Motel : « En 12 ans, il y a encore des nouvelles têtes, des jeunes qui avaient 8 ans quand le bar a ouvert! »

Djavid, du Motel : « En 12 ans, il y a encore des nouvelles têtes, des jeunes qui avaient 8 ans quand le bar a ouvert! »

15 février 2019 | PAR Yaël Hirsch

Du 19 février au 3 mars 2019, le Motel fête ses douze ans. Le bar mythique du passage Josset prévoit deux semaines de festivités avec des lives et dj sets, entre autres, de Voyou, Requin Chagrin, La Veillée Pop, School Daze, O, Judah Warsky, une soirée Karaoké, une soirée quiz. Et le lieu prend les couleurs du brasseur local Deck & Donohue avec une « taproom » pour déguster 12 bières.  Djavid, à l’origine du Motel, nous raconte le lieu et ses 12 bougies. 

Qui vient au Motel? Est-ce toujours un mélange d’internationaux et de gens du quartier?
Toujours beaucoup d’habitués et beaucoup de musiciens, pas forcément du quartier. La bonne nouvelle c’est qu’en 12 ans, il y a encore des nouvelles têtes, des jeunes qui avaient 8 ans quand le bar a ouvert! Ce mélange entre générations fait le charme du bar je trouve. Toujours un peu d’étrangers mais pas tant que ça. Quand ils viennent en connaissance de cause et qu’ils voient le poster des Smiths, ils se sentent rapidement à la maison.

Y a-t-il encore beaucoup d’afters?
On essaye ! C’est surtout pour les concerts du café de La Danse qui finissent tôt et qui sont juste à coté. Ça correspond bien à notre tradition d’être un bar accueillant pour les musiciens.

12 ans après, le 11e demeure-t-il le quartier des bars indies et musicaux de Paris?
Côté 11e, et aux alentours, c’est sur qu’il y a pas mal de lieux emblématiques Rock qui ferment (Méca, Féline,…) mais il y a aussi des nouveaux lieux depuis quelques années (Supersonic, Pop Up du Label). Après il y a aussi un éclatement des lieux de fêtes, alors qu’auparavant c’était très concentré (Pigalle, 11e, Strasbourg St Denis).

Pouvez-vous nous parler du rapport bière/musique au Motel ?
Côté Motel, on a ouvert un bar surtout autour de la musique, on a toujours voulu offrir des trucs qu’on trouvait pas forcément ailleurs. Donc quand on a vu arriver Deck & Donohue, on a tout de suite voulu bosser avec eux.

En 12 ans quels sont vos trois souvenirs de concerts ou d’événements les plus décalés?
Ken Stringfellow au « karaoke all stars ». C’était pour les 10+1 ans du Motel. On avait organisé un karaoké all stars avec un vrai backing band (les mêmes musiciens que le Klub des Loosers). Ken Stringfellow, un des membres des Posies, a chanté « Thirteen » de Big Star (groupe dont il faisait partie) et c’était hyper beau

Tribute The Cure. C’était en 2016. Les Chicros avaient fait une reprise dingue de « A Forest ». Roger O’Donnell (clavier des Cure depuis 87), de passage à Paris, est venu au Motel, et a tellement aimé la reprise qu’il l’a filmée avec son portable. C’était mignon comme tout.

Concert de The xx. Juillet 2009. C’était leur 1er concert en France, on avait eu le plan par un copain du label qui cherchait un endroit pour faire un petit showcase. On avait fait de la communication sur le concert mais tout le monde s’en foutait. Au final, on était a peu près 15 dans la salle…

Pourquoi la Norvège à l’honneur dans les festivités de ces 12 ans ?
Nous avons invité la brasserie norvégienne Amundsen parce qu’ils viennent brasser une bière en collaboration avec nous le 28 février. Malheureusement suite a des complications douanières nous ne sommes pas surs d’avoir leurs bières a temps pour la soirée, mais l’équipe sera bien présente!

Quels sont les liens avec le Pop In?
Le Pop In, c’est notre grand frère. C’était le 1er bar « indie » de Paris qui réunissait toute la clique qui se voyait régulièrement aux concerts de rock indé. Mathias (un des associés du Motel) y a d’ailleurs joué en 1998. Quand on a ouvert le bar, on est allé voir Denis, un des patrons, qui nous a tout expliqué.

On va beaucoup jouer?
On va bien rigoler surtout. Niveau jeux, le climax sera le quiz de dimanche 24 qui sera, on vous le promet, hyper drôle.
visuel : affiche

Un couple bercé d’illusions peut-il affronter la vérité sans exploser ?
Deuxième weekend japonais à la Philharmonie
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]lture.com

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *