Actu
Michou, roi de la fête, est mort à 88 ans : la fin d’un rêve bleu

Michou, roi de la fête, est mort à 88 ans : la fin d’un rêve bleu

28 janvier 2020 | PAR Hortense Milléquant

Le cabaretier, icône des nuits parisiennes, s’est éteint dimanche dernier, laissant la République de Montmartre orpheline.

 

Michel Catty alias Michou

Né en 1931, le jeune Michel Catty grandit à Amiens, dans la Somme, avant de tenter sa chance à Paris dans les années 50. Là-bas, il s’installe à Montmartre, dont il est tombé amoureux.

En 1956, il ouvre son célèbre cabaret de la rue des Martyrs et le succès est au rendez-vous. Chez Michou propose le premier spectacle de l’après-guerre constitué de transformistes imitant les vedettes de l’époque.

Interrogé par l’ORTF en 1969, Michou raconte : « Je suis cabaretier depuis 14 ans. Je m’appelle Michel et j’ai 39 ans. C’est moi Michou. On a monté un petit spectacle entre trois bons copains. Au départ, c’était un canular, on n’a jamais cru à une telle réussite. À Montmartre, on ne s’amusait plus. On a amené quelque chose de drôle et de piquant et on a réussi. ».
La recette fonctionne et en quelques années, Michou devient l’ami des stars et des politiques qui viennent s’encanailler chez lui le temps d’une soirée.
Avec son cabaret, il a réussi à restaurer l’âme du Montmartre de la Belle Époque lui rendant un peu l’éclat d’antan, celui du temps d’Aristide Bruant ou de Toulouse-Lautrec.

Et s’il fréquente les célébrités et reçoit même, en 2005, la légion d’honneur des mains de Chirac, alors Président de la République, il n’oublie pas pour autant ses origines modestes : il invite chaque mois celles que Michou appelle affectueusement « les mamies du quartier ». Deux d’entre elles expliquent au Figaro combien le roi du Tout-Paris était généreux : « Vous savez chaque mois, il donnait un repas et un spectacle gracieusement aux personnes âgées de la colline. Il faut se rendre compte, nous étions souvent plus de cent. C’est formidable, non ! ».

Figure incontournable de Montmartre depuis plus d’un demi-siècle, Michou a failli jouer dans La Cage aux folles. Jean Poiret, son ami, s’inspire du cabaretier pour créer l’emblématique Zaza Napoli, et le réalisateur lui propose même le rôle mais le prince bleu refuse, pour lui « Pas question de déserter (s)on cabaret ! ». Ce dernier a accueilli le public pendant plus de 60 ans aux dîners-spectacles de Chez Michou.

Arrosant la vie au champagne, il dit lui-même en boire deux bouteilles par jour car pour lui, « l’eau, c’est fait pour se laver les fesses ! », Michou, reconnaissable à ses lunettes et son costume bleus ainsi qu’à sa permanente blond platine, a fait la fête jusqu’au bout. Ainsi, en juin dernier, il célèbre une dernière fois son anniversaire en grande pompe, entouré de ses amis.

Mais, très malade et affaibli, il est victime, mercredi dernier, d’un malaise respiratoire, hospitalisé depuis, il est placé sous respirateur artificiel. François Deblaye, son attaché de presse a annoncé que « Michou est mort tôt ce dimanche matin dans un hôpital à Paris ».

 

De vibrants hommages

Très aimé, une foule d’anonyme ainsi que ses amis les plus proches lui rendent hommage sur les réseaux sociaux. Amie du célèbre homme en bleu, Mireille Mathieu déclare à l’AFP que « Michou restera l’icône du cabaret parisien. Enjoué, plein d’humour, il était entouré des meilleurs transformistes qui imitaient à la perfection et sans vulgarité les artistes ».
Également proche du prince de la nuit, la chanteuse Line Renaud gazouille sur Twitter : « Michou c’était Paris ! Comme moi, il voyait la vie en bleu ». Le Crazy Horse salue, quant à lui, « une vraie légende du cabaret français, inspirant et visionnaire pour tant de générations ».

Un cercueil bleu

Prévoyant, Michou a déjà plusieurs fois expliqué que son cabaret fermera ses portes quand il ouvrira celles du paradis : « Je veux que cette maison disparaisse avec moi. Cela peut paraître prétentieux, mais le cabaret ne me survivra pas ». Et il avait également indiqué à Paris Match vouloir être enterré dans un cercueil bleu : « J’y pense depuis quelque temps. Je suis même allé au cimetière Saint-Vincent à Montmartre pour choisir ma place. Ma tombe aussi sera bleue ! ».
La messe d’enterrement du roi de la nuit sera célébrée à l’église Saint-Jean de Montmartre, ce vendredi.
Amoureux de la vie et du champagne, Michou a tiré sa révérence dimanche 26 janvier. Une page se tourne pour les noctambules parisiens.

 

Visuel : © Flickr – Vania Wolf (CC BY-SA 2.0)

25e cérémonie des Lumières : Les Misérables à l’honneur
Dylan Robert, César du meilleur espoir en 2019, interpellé à Marseille
Hortense Milléquant

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *