Mode
Son Jung Wan fait rayonner le rétro à la NYFW

Son Jung Wan fait rayonner le rétro à la NYFW

09 septembre 2019 | PAR Cloe Assire

Le samedi 7 Septembre, au sein du pavillon officiel de la NYFW à TriBeCa, le designer Jung Wan présentait sa collection prêt-à-porter printemps-été 2020. Retour sur cet intéressant mélange de glamour pailleté et de rétro coloré.

Le décor est minimaliste. Estrades blanches, volets noirs, fond rose fuchsia nous laissant dans un sentiment d’attente. Lorsque la musique, aux sonorités un peu eighties, se lance, tous les regards se rivent vers la sortie des mannequins, féminins comme masculins.

Les coiffures sont volumineuses : les cheveux, rebondissant sur les épaules au rythme de la démarche chaloupée imposée par des chaussures tout aussi imposantes, sont bouclés et crêpés à l’extrême. L’effet semble pourtant naturel, mouvant comme si un air marin effleurait la chevelure de ces demoiselles aux traits d’eye-liner vert.

Mais qu’en est-il des vêtements ? Une chose est sûre : les tissus brillent, chatoient, étincellent, illuminent ce qui les entoure. Les reflets des satins sont surréalistes tandis que les sequins sont appliqués de façon intégrale sur les silhouettes élancées. En effet, les nombreuses robes brodées sont l’occasion de superposer des couches de tissus irisés : imprimés floraux, bleu électrique, rose métallisé et textile menthe à l’eau sont à l’origine d’une gamme chromatique splendide.

Les rayures et les pois jaunes sont démesurés, rappelant notamment l’une des robes d’Agatha Ruiz de la Prada actuellement exposée au FIT dans le but d’illustrer la notion de Maximalism. Ces motifs ne sont pas sans rappeler ceux des années 60 tandis que l’amour pour le glitter, que nous venons d’évoquer, renvoie indéniablement aux années 80.

Cette nouvelle collection de Jung Wan écrit donc l’histoire d’une nouvelle splendeur estivale rencontrant un rétro éclatant de part ses couleurs. Ainsi, l’ensemble des silhouettes met en lumière l’aspect glamour des vêtements vintage, ici revisités dans le goût des tendances actuelles.

Visuels : ©Rodin Banica- Toute reproduction interdite

Deux symphonies « fantastiques » pour l’Orchestre Philharmonique d’Israël et Zubin Mehta à la Philharmonie de Paris
« Les Prisonniers de la liberté » de Luca di Fulvio : la vie est un tango
Cloe Assire

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *