Mode

Chloé Attitudes habille le Palais de Tokyo

Chloé Attitudes habille le Palais de Tokyo

Alors que s’achève au Musée des Arts Décoratifs une exposition consacrée à Louis Vuitton et Marc Jacobs, la mode s’empare des toutes récentes salles du Palais de Tokyo, pour revenir sur les soixante années de création de la marque Chloé. Chloé Attitudes inaugure ainsi du 29 septembre au 18 novembre 2012 un vaste cycle d’expositions consacrées à la mode : le « Fashion Program ».

Si l’exposition se présente comme un vaste panorama des réalisations les plus emblématiques de Gaby Aghion à Clare Waight Keller, directrice de création actuelle, les plus fins connaisseurs ne sont pas en reste, grâce au parcours concocté par la commissaire d’exposition Judith Clark. Les silhouettes qui ont fait la renommée de la marque côtoyent des pièces moins connues. De nombreuses réalisations, récemment mises au jour par Clare Waight Keller à l’occasion de la création du Service Patrimoine de la Maison Chloé, sont révélées pour la première fois au public.

Dans le cadre du programme automnal du Palais « Imaginez l’imaginaire », Chloé Attitudes dévoile les fondements de son projet identitaire. Loin d’être uniquement l’image de la femme bohème, il s’agissait avant tout pour Gaby Aghion d’établir une correspondance entre la mode et l’idée de la Femme moderne en créant une garde-robe à la fois décontractée et élégante. Aux côtés d’ensembles en crêpe de soie emprunts de rêveries s’imposent les arabesques inextricables d’un Aubrey Beardsley ou le graphisme appuyé des artistes du Bauhaus. Autant d’influences, oscillant entre l’art nouveau, le surréalisme et le constructivisme, qui contribuent à révéler la véritable « Attitude » Chloé, loin des airs rêveurs d’une « hippie girl » comme le souligne Clare Waight Keller.

A travers des croquis de 1958 à 1985, des vêtements, des photos des plus grands artistes d’Helmut Newton à Déborah Turbeville, l’exposition jette un vent nouveau sur la marque Chloé. Bien loin de n’être qu’une exposition rétrospective, elle propose un regard neuf et s’impose comme une nouvelle source d’inspiration pour les créateurs…

 

Crédit photos : Sandra Suy, Première collection de Clare Waight Keller pour Chloé, Printemps-Eté 2012

Guy Bourdin, Vogue France, Février 1979 (c) The Estate of Guy Bourdin. Reproduit avec l’autorisation de Art + Commerce.

Portrait de Gaby Aghion par Raymond Aghion

 

Brioche ou la séduction impitoyable du cinéma par Caroline Vié
Dead can dance, la résurrection
DIANE ZORZI DU MAGAZINE DES ENCHÈRES

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *