Actu
Guillaume Désanges, le nouveau directeur du Palais de Tokyo

Guillaume Désanges, le nouveau directeur du Palais de Tokyo

11 janvier 2022 | PAR Lucine Bastard-Rosset

En ce début d’année 2022, le Palais de Tokyo se voit attribuer un nouveau directeur, le critique d’art et commissaire d’exposition Guillaume Désanges.

Un départ / Une arrivée

En octobre 2021, Emma Lavigne a quitté le Palais de Tokyo pour rejoindre la Bourse de Commerce et la Collection Pinault. Ce 10 janvier, le Président de la République a choisi de nommer – en suivant la proposition de la Ministre de la Culture Roselyne Bachelot-Narquin – le critique d’art et commissaire d’exposition Guillaume Désanges pour prendre la tête de l’institution d’art contemporain .

Guillaume Désanges, un « nouveau » Palais de Tokyo ?

Guillaume Désanges est né en 1971 et se tourne vers des études de commerce avant de se lancer dans le monde de l’art. Il débute au sein des Laboratoires d’Aubervilliers puis commence à programmer et organiser diverses expositions. Il fonde ensuite sa structure de production, Work Methode et est aujourd’hui connu pour sa volonté de présenter des expositions qui sortent de l’ordinaire en changeant la façon d’aborder les espaces et les œuvres. Il est notamment à l’initiative de performances-conférences.  C’est lui qui est à la direction artistique du salon de Montrouge cette année 2022 et à celle de la Verrière, la Fondation d’entreprise Hermès à Bruxelles depuis 2013. 

Le nouveau directeur a pour projet de faire du Palais de Tokyo –  qu’il imagine comme un « corps vivant » – un lieu de « partage raisonné » de l’espace et du temps, qui ne cesse d’évoluer et qui entre en relation avec le monde qui l’entoure. En plus des expositions, le Palais devrait accueillir des recherches et des expérimentations artistiques et proposera de nouvelles manières de rentrer en contact avec le public.

Désanges n’est pas à court d’idées, et il se peut que le Palais de Tokyo en soit totalement changé !

 

Visuel : © Isabelle Arthuis

« La Leçon d’allemand », magnifique réflexion sur la tension entre devoir et désobéissance
Entre la blague et le sacré, « Le Jardin » du collectif Greta Koetz au TCI
Lucine Bastard-Rosset

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture