Tendances

[Live-Report] Un bal jaune élégant à l’Hôtel de Rothschild

[Live-Report] Un bal jaune élégant à l’Hôtel de Rothschild

25 octobre 2014 | PAR Yaël Hirsch

Comme chaque année, le fameux Bal jaune de la Fondation Ricard était l’un des points culminants de la semaine de la FIAC. Toute La Culture y était et vous livre ses impressions.

[rating=5]

Alors que l’institution a remis son fameux prix de la Fondation Ricard à l’artiste Camille Blatrix qui succède à Lili Reynaud Dewar, et qui y expose jusqu’au 31 octobre (voir notre article), c’est vers le 8ème arrondissement et l’élégant hôtel de Rothschild que les parisiens branchés se sont précipités avec le précieux carton d’invitation en main, ce vendredi 24 octobre.

Plus vous étiez invités tôt et plus vous étiez VIP. Spécificité de cette année : un retour au cœur du triangle d’or après des expériences de décentrement plus sauvage les dernières années (île Seguin en 2012, puis docks de Paris en 2013) et … pas de dress code (l’an dernier green was the color). A l’intérieur,  vestiaires bien ficelés, pastis à volonté( un peu de vodka aussi) et grandes discussions dans les salons boisés de l’étage.

Au sous-sol, le dancefloor était en piste avec en invité très pointu, Chassol qui a interprété une version très electro-punchy de son Indiamore (batterie surdimensionnée) pour les esthètes du Bal jaune. Qui l’ont d’ailleurs fort apprécié.

Vers une heure, l’affluence était à son comble et il a  fallu ouvrir les fenêtres de l’étage et la foule s’est réfugiée dans les magnifiques jardins, ainsi que dans la cour devant l’entrée où la température descendait un peu. En bas, très motivés par un son electro assez brut qui est la marque de fabrique du bal, les danseurs ont été nombreux jusque tard dans la nuit.

Une très élégante cuvée pour ce bal toujours aussi apprécié des parisiens, qui y viennent vraiment bien disposés. Là pour débriefer leur FIAC, parler des nombreux « offs » et appartements transformés en galerie qu’ils vont voir dans le week-end et boire un peu plus que de raison pour mieux attendre le passage à l’heure d’hiver…

photos : yael hirsch

Camille Blatrix lauréate du 16e prix de la Fondation Ricard
[Live Report]Rolando Villazon et Pumeza Matchikiza : quand la chaleur et la festivité se rencontrent pour mieux faire oublier les voix.
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *