Danse
Ayaka Nakama chill au Centre Pompidou

Ayaka Nakama chill au Centre Pompidou

24 octobre 2021 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Ce weekend, en clôture du festival Move et de la FIAC,  la danseuse japonaise Ayaka Nakama transforme le plateau de la salle de spectacle du Centre Pompidou en un jardin extraordinaire. 

Freeway Dance est un spectacle participatif. Les « spectateurs » qui ont acheté leur billet en amont ont reçu un mail leur demandant d’envoyer une chanson qui les fait danser, chez eux, dans leur voiture… Une chanson irrésistible pour soi en quelque sorte ! Cela peut être très kitsch, très pointu, ou juste très classique ! Cela veut dire que la performance est différente dans chaque ville, et dans chaque pays. Mais, il y a un tronc, une structure faite d’autres titres qui appartiennent eux au projet. Et le projet justement est de nous faire traîner, mais alors bien traîner. Vous voyez, comme dans le jardin lors d’un weekend à la campagne. 

Le plateau de la grande salle est méconnaissable. Il y a une allée bien plantée, une balançoire, une librairie, un bar (mais il est fermé, Covid oblige), une maison de poupée, des troncs d’arbres, des arbres, et même des arbres suspendus aux cintres. Et comme la pièce se donne à 17h ce weekend, le public vient en famille. On a la sensation d’être dans la chanson de Luis Amstrong, « What A Wonderful World« . Il y a des enfants partout qui arrosent les plantes, se balancent et s’amusent à dessiner sur le sol. Tout cela est le spectacle, tout cela en fait partie. 

La pièce dure 4 heures. Elle est active pendant 4 heures pourrait-on dire, mais rien n’empêche d’arriver en cours et de partir avant la fin. Ayaka Nakama provoque cela, un bien-être immédiat. Avec elle, l’on se sent libre de nos mouvements. Ça aussi c’est le spectacle : nous faire danser. Elle y va à fond, seule (performeuse) en scène ; elle traverse l’espace en long, en large, en travers ; se change dans sa loge à vue, revient en tutu, saute à pieds joints sur les copeaux de bois du jardin, lave son linge, l’étend… Et parfois, elle nous transmet une danse. 

L’ambiance est hors du temps. On a un public qui est posé ou debout, dansant ou statique, qui parle, qui commente, et c’est bien. Nous sommes autorisés à « passer le temps comme ça vous fait plaisir ». C’est rare ! C’est surtout rare de façon collective. 

La performance fonctionne merveilleusement bien. Ayaka Nakama n’est pas là pour nous donner une chorégraphie construite, mais un mix de plusieurs. Elle pioche dans sa grammaire personnelle et dans celle des autres des grandes enjambées, des sauts les jambes serrées, des ouvertures d’épaules lointaines…Le sujet de la Freeway dance, c’est le partage, la transmission. Cela fonctionne car le temps semble éternel ici. Et la magie opère, les gens se parlent alors qu’ils ne se connaissent pas, les enfants jouent, le DJ joue aussi… 

On quitte en chantonnant du Tom Jones dans la rue et en essayant de se souvenir de la chorégraphie pour gauchers qu’elle nous a apprise et que nous transmettrons aussi, promis !

Aujourd’hui à 17h au Centre Pompidou. Grande Salle. Complet, se rendre sur place.

 

Visuel : © Hideto Maezakawa

Amélie Amélie Blaustein NiddamJournaliste – Carte de Presse 116 715 Rédactrice en chef www.toutelaculture.com 066356273337 rue Chanzy, 75011 Paris  www.toutelaculture.com                                            www.facebook.com/Toutelaculturewww.twitter.com/Toutelaculturehttps://www.instagram.com/toutelaculture/?hl=fr

La série « Genera+ion » met en scène les mouvements Woke
Rare Earths
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture