Galerie
Paris internationale : le « off » indispensable de Paris +

Paris internationale : le « off » indispensable de Paris +

19 octobre 2022 | PAR Yaël Hirsch

Alors que Paris +, la version nouvelle de la FIAC, orchestré par Art Basel s’apprête à ouvrir ses portes, ce jeudi 20 octobre au Grand Palais éphémère, c’est boulevard des capucines que se tient son off le plus ambitieux, Paris Internationale, qui est d’entrée libre pour le grand public. Paris Internationale a accueilli les pros mardi 18 octobre. Toute La Culture y était et vous en rapporte des énergies nouvelles du monde entier… 

Paris vraiment international(e) !

Alors que son directeur depuis 2016, Clément Delépine, est parti pour coordonner Paris +, Paris Internationale se recentre dans un extraordinaire immeuble en chantier en face de l’Olympia, 35 bd des Capucines. Sur 4 étages (avec un sous-sol riche d’un ambitieux programme de rencontres), la foire « jeune et irrévérencieuse » (dixit Numéro) accueille 59 galeries de 26 pays, parmi lesquels on trouve aussi bien le Pérou (Ginsberg Galeria, aussi présente à Madrid), l’Iran (Delgosha), l’Algérie (Rhizomes), la Russie (Iragui) que les Etats-Unis (Chapter NY, Derosia…), l’Allemagne (KOW, Max Mayer…), l’Italie (Ciaccia Levi) et la France (Crèvecoeur). Cela a lieu du 19 au 23 octobre et c’est entièrement gratuit. 

Un vent de nouveauté 

16 nouvelles galeries sont au rendez-vous : Amanda Wilkinson (Londres), Champ Lacombe (Biarritz), Galeri Nev (Ankara/Istanbul), Higher Pictures Generation (New York), Lodos (Mexico), Lomex (New York), P420 (Bologne), Schiefe Zähne (Berlin), Theta (New York). Alors que l’entrée se fait dans une transparence assez bluffante, le rez-de-chaussée enveloppe le visiteur avec l’exposition Maintenant! qui réunit les quatre artistes Maxime Bichon, Vincent Ceraudo, Marcelline Delbecq et Suzanne Lafont. Pour cette exposition, c’est la première fois que Paris Internationale collabore avec le CNAP (Centre national des arts plastiques)….

The place to be 

Toujours au rez-de-chaussée avec une terrasse prise d’assaut à l’entre-sol la cafétéria est conviviale et l’on sait bien que c’est là où cela se passe. Dans les étages, d’autres partenaires se montrent dans de jolies couleurs, Illy avec un décor et des tasses signés Pascale Marthine Tayou et Taschen, dans un espace librairie où l’on a envie de s’arrêter et de flâner. Les 3 immenses étages d’exposition des galeries sont impressionnants d’ordre et d’efficacité. Les oeuvres de natures diverses suivent de grandes parallèles aussi bien que de petites alcôves, le long d’un parcours assez naturel et qui ne laisse personne dans l’ombre : l’espace est beaucoup mieux agencé et les artistes bien mieux mis en valeur que lors des précédentes éditions, notamment à Iéna. Sur les côtés, avec une vue imprenable par de grandes baies vitrées sur les grands boulevards, les galeristes sont assis avec tout le matériel nécessaire pour travailler et vendre. La qualité de ce que nous avons découvert mardi soir, la diversité des supports et les diverses expressions des artistes nous ont impressionnés.

Parmi les oeuvres qui nous ont marqués :

1. Les bois pétrifiés de Cole Lu chez Chapter NY (New-York)

2. Les triptyques de Gökhun Baltaci présentés par la galerie Nev (Ankara)

3. Les machines follement inventives présentées à la galerie BQ (Berlin).

L’entrée à Paris Internationale est libre mais il faut s’enregistrer, ici. Allez-y!

visuels (c) YH

Méduse, huis-clos empli d’air et de vie
La puissance et la fragilité du corps à l’Atelier de Paris
Avatar photo
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A propos

Toute La Culture : Comment choisir ?
Toute La Culture est un magazine d'information pluridisciplinaire et national. Il regarde notre societé par les yeux des tendances et de la culture. Fondé en 2009, il est reconnu comme journal en 2012 puis d' Information Politique et Générale (IPG), en 2017

L’objectif de Toute La Culture est véritablement de parler de TOUTE la culture : un film d’animation d’Europe de l’Est comme blockbuster américain à énorme budget, un récital lyrique comme un nouvel album de rap, la beauté et les tendances sont abordées d’un angle culturel et même les sorties en boîte de nuit et les nouveaux lieux à la mode sont dans nos pages. Enfin, les questions politiques d’actualités sont au coeur de nos articles : covid, #metoo, mémoire, histoire, justice, liberté, identité sont au cœur de nos réflexions à partir des spectacles et œuvres que nous voyons comme critiques. Non seulement nos rédacteurs se proposent être vos guides et de vous aider à choisir dans une offre culturelle large, à Paris, en France, en Europe, mais c’est parce que Toute la Culture brasse large que, dans ses quinze articles quotidiens, le magazine doit avoir un point de vue arrêté sur l’actualité. Et ce point de vue part du principe que l’angle culturel offre une grille de lecture unique et précieuse sur le monde dans lequel nous vivons.
Soyez libres… Cultivez-vous !

Soutenez Toute La Culture
Registration