Le Buzz

La fille de Diana Ross rejoue « Work That Body »

La fille de Diana Ross rejoue « Work That Body »

28 août 2015 | PAR Elodie Schwartz

Près de 35 ans après la sortie de Work That Body, Tracee Ellis Ross a souhaité rendre hommage à sa mère en rejouant le clip culte. Une belle initiative cachant un second message… Les explications de Toute La Culture. 

Diana Ross, grande star américaine des années 80, avait marqué les esprits avec son titre Work That Body sorti en 1981. Dans son clip, la chanteuse, moulée dans des bodys tous plus colorés les uns que les autres, se déhanchait de manière sexy et encourageait les sportifs en herbe. Très tonique, Diana Ross dévoilait son corps sublime. Et le moins que l’on puisse dire c’est que 35 ans après, elle n’a rien perdu de son énergie, grâce à sa fille.

En effet, à 42 ans, Tracee Ellis Ross, a décidé de rendre hommage à sa mère, reine du disco, en recréant le clip Work That Body. Ainsi, vêtue de justaucorps, l’actrice et présentatrice se dandine elle aussi sur fond blanc et reproduit les gestes gracieux et sportifs de sa mère. La ressemblance entre les deux femmes est alors flagrante, d’autant plus que des images du clip original ont été insérées dans sa reprise.

Une reprise féministe

Dans un long message accompagnant le clip diffusé sur son site Internet, la fille de Diana Ross a expliqué l’autre raison qui l’a poussé à reproduire Work That Body. « Cette vidéo ne représente pas qu’une célébration du style et de la musique des années 80 », écrit-elle. C’est avant tout une façon de montrer une femme qui aime son corps et l’assume en dansant. « Elle a l’air de dire ça c’est moi, me sentant bien, forte, sexy et joyeuse », ajoute Tracee Ellis Ross.

Pour elle, reprendre le clip de sa mère était donc un moyen de parler de la représentation des femmes dans les médias. « J’ai conscience de la façon dont nous, les femmes (et plus particulièrement les femmes de couleur), sommes décrites dans les médias et comment nous nous présentons nous-mêmes » ,souligne-t-elle. « Nous sommes transformées en objet en permanence, parfois volontairement ». Des mots qui font bien évidemment écho à la polémique après le coup de gueule féministe de Lou Doillon.

Le message de Tracee Ellis Ross est donc clair : Work That Body n’est ni sexiste ni voyeuriste mais simplement le reflet d’une femme à l’aise avec son corps qui en fait sa force.

Visuel : © Capture d’écran

[Chronique] « What Went Down » : les Foals définitivement rock heroes
« The Sisters Brothers », prochain western de Jacques Audiard
Elodie Schwartz

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *