Le Buzz

50 000 photographies de Daniel Mordzinski jetées aux ordures

50 000 photographies de Daniel Mordzinski jetées aux ordures

21 mars 2013 | PAR Camille Hispard

Le célèbre photographe d’El País qui conservait les négatifs de 27 ans de travail dans les locaux du Monde a découvert avec stupéfaction la disparition de la totalité des archives, qui auraient tout simplement été jetées par inadvertance.

C’est le genre d’histoire qu’on peine à croire tant ça parait surréaliste. Comment le travail d’un photographe de renom tel que Daniel Mordzinski qui a photographié les plus grands écrivains durant toute sa carrière, à cheval entre l’Espagne et la France, a-t-il pu disparaître du jour au lendemain ? Le photographe argentin qui collabore depuis Paris et ce, depuis une quinzaine d’années, avec le quotidien espagnol El País a découvert que le stock de négatifs et de tirages originaux de ses photos entreposés au septième étage des locaux du journal Le Monde avaient entièrement disparus : « Miguel Mora, le correspondant d’El País, est arrivé le 7 mars dans le bureau et il a vu que tout avait été vidé, sans que nous soyons prévenus, et que toutes nos affaires avaient disparu. On s’est mis à chercher et nous sommes tombés dans les caves sur l’armoire que j’avais moi même peinte, il y a dix ans. Personne ne sait ni ne veut savoir pourquoi ils ont décidé de faire disparaître mon travail. Vingt-sept ans d’attentes, d’espoirs, de nœuds dans la gorge, de nuits blanches, d’angoisses.« 

Après avoir photographié Michel Houellebecq, Stéphane Hessel, Claude-Lévi Strauss, Edouard Glissant ou Jean d’Ormesson, bref des pointures du paysage littéraire français, le type ouvre l’armoire et plus rien. Comme si on avait dit à Leonardo : « Ah excuse-moi y’a quelqu’un qui est passé et qui a vu ta Joconde, il a cru que c’était une croûte pas très importante et il l’a mise à la poubelle! »

50 000 photos qui disparaissent sans que personne ne sache qui les a jetées et qu’est ce qu’on en a fait. Dans un communiqué de presse datant du 19 mars et conjointement signé par les responsables de la communication du Monde et d’El País, le quotidien français explique que « Le Monde a tout mis en œuvre pour comprendre les causes de ce regrettable incident et étudier de quelles manières les archives manquantes pouvaient être reconstituées. Le Monde tient à réitérer ses excuses auprès du photographe s’agissant de la destruction de ses documents, qui s’est produite sans le moindre aval de la direction. » Tout en ajoutant tout de même quelques lignes plus loin que « Le Monde déplore néanmoins que ce photographe, après avoir décidé d’entreposer ses archives au siège du journal sans en avertir quiconque au Monde, rejette sur le seul journal la responsabilité de cet incident, et qu’il ait entamé une campagne de dénigrement systématique notamment sur les réseaux sociaux« , précisant qu’ « aucun accord contractuel n’a jamais existé entre Le Monde et El Pais prévoyant que Daniel Mordzinski puisse stocker ses archives dans les locaux du Monde. »

En gros, désolé, on l’a pas fait exprès, c’est vraiment très regrettable mais t’avais qu’a mieux ranger tes affaires et nous prévenir que la photographie c’est de l’art et que l’art ça ne se jette pas.

Pour l’heure le photographe a annoncé qu’il engagerait des poursuites contre Le Monde et une pétition a été mise en ligne sur Facebook par son ami l’écrivain chilien Luis Sepulveda qui déclare : « ils lui ont détruit, fait disparaître vingt-sept ans de travail, vingt-sept ans ! Le travail de toute une vie balancé à la poubelle, et ça n’est pas une métaphore, non, les gestes d’un crétin qui suivait les ordres d’autres crétins, voilà qui a décidé que le travail de Daniel Mordzinski ne méritait pas un autre destin que le mépris et la poubelle.« 

Ça au moins, c’est dit !

 

Capture d’écran FaceBook /Daniel Mordzinski

Harvey Weinstein se paie Yves Saint Laurent
Monstres de mode, en avant
Camille Hispard

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *