Théâtre

« Voici mon coeur … », de  la poésie de femmes amérindiennes au théâtre

« Voici mon coeur … », de la poésie de femmes amérindiennes au théâtre

09 avril 2018 | PAR Bénédicte Gattère

Le pari est osé : mettre de la poésie en scène, et pas n’importe laquelle, une poésie d’engagement, de subversion des normes aussi bien que de subjectivités singulières. « Voici mon cœur, c’est un bon cœur », création originale à partir de poèmes contemporains de femmes amérindiennes, s’est donnée pour quelques dates au Théâtre Gérard Philipe de Saint-Denis avant sa présentation à Avignon. L’occasion à Toute la culture d’une belle découverte et, déjà, d’une recommandation pour le célèbre festival !

moncoeur02

Tout d’abord, nous tenons à souligner la remarquable qualité des textes choisis pour Voici mon cœur. Ils nous ont transportés d’un rivage intime à l’autre de bout en bout du spectacle. Les faire entendre, dans leur portée universelle aussi, c’est déjà faire œuvre utile. Malheureusement, en effet, les poèmes de ces femmes indiennes vivant aux États-Unis sont trop rares et leurs éditions, quasi introuvables à l’heure actuelle (nous avons fait de longues recherches infructueuses…) Les voix de ces femmes, et ce qu’elles ont à dire, en tant que personnes rattachées à une minorité sont, d’autre part, peu entendues. Réaliser une pièce à partir de ces textes représente donc, à ce manquement, une belle réparation.

Pour cette mise en scène, Anne Alvaro se retrouve accompagnée de Nicolas Daussy, musicien, et du danseur Thierry Thieû Niang que nous avions vu l’année dernière au festival l’Étrange Cargo à La Ménagerie de verre. Après la découverte et une première lecture de ces textes par la comédienne, elle a été rejointe par les deux autres interprètes pour Voici mon cœur. Sur scène, ils lui donnent la réplique et elle entame avec eux soit un pas de deux, soit une improvisation aux percussions : des moments qui laissent place à l’imaginaire et rythment le spectacle. Même si Anne Alvaro a donné l’impulsion, il s’agit d’une création collective. Chacun apporte sa pierre à l’édifice. Nous retrouvions pour ce spectacle la forte présence scénique de la comédienne telle que nous l’avions vue au Théâtre de l’Atelier dans la pièce où elle incarnait la journaliste russe Anna Politkovskaïa : une autre voix de résistance.

Pour faire résonner les poèmes de manière sensible, le corps du danseur se prête au jeu. Les mouvements fluides de Thierry Thieû Niang répondent aux inflexions de voix. Il donne à voir les voyages de l’âme et se fait le reflet de toute la vie intérieure de chacune des auteures. D’autre part, les percussions accompagnent la voix d’Anne Alvaro lisant, déclamant, et parfois hurlant lorsque la parole se fait plus dure, revendicative. Réunissant un hang et deux tambours tantôt effleurés, tantôt violemment frappés, elles font écho à la puissance de ces poèmes et à leur étrange douceur. Tous les interprètes sont là, devant nous, au service des textes et de ces voix  inaudibles autrement, ce qui est une belle preuve d’humilité d’artiste.

On regrette cependant un dispositif qui paraît parfois un peu artificiel et illustratif mais qui s’explique par ailleurs certainement par cette volonté de mettre les textes en avant. La gestuelle de la comédienne, –qui a néanmoins effectué un travail plus poussé sur sa voix –, dérange parfois pour son côté un peu trop appuyé.  Ceci dit, ce ne sont que de légers bémols qui ne doivent pas vous empêcher d’ores et déjà d’inscrire ce spectacle sur votre agenda avignonnais !

Voici mon cœur… sera joué du 9 au 20 juillet à La Parenthèse dans le cadre de « La belle scène saint-denis » au Festival d’Avignon 2018 dont Toute la culture vous avait dévoilé la teneur en avant-première, la semaine dernière…. et déjà sélectionné quelques incontournables !

 

Visuels : © Serge Bloch, affiche ; Pascal Victor

Le Festival de Marseille 2018 : pour un vivre ensemble festif et culturel
Mort d’Isao Takahata, réalisateur perfectionniste et pacifiste du studio Ghibli
Bénédicte Gattère
Étudiante en histoire de l'art et en études de genre, j'ai pu rencontrer l'équipe de Toute la culture à la faveur d'un stage. L'esprit d'ouverture et la transdisciplinarité revendiquée de la ligne éditoriale ont fait que depuis, j'ai continué à écrire avec joie et enthousiasme dans les domaines variés de la danse, de la performance, du théâtre (des arts vivants en général) et des arts visuels (expositions ...) aussi bien que dans celui de la musique classique (musique baroque en particulier), bref tout ce qui me passionne !

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *