Théâtre
« Tiens ta garde », la nouvelle pièce féministe du Collectif Marthe

« Tiens ta garde », la nouvelle pièce féministe du Collectif Marthe

17 décembre 2020 | PAR Mahaut Adam

Nous avons eu hier l’unique chance d’aller voir le filage du spectacle Tiens ta garde, reporté à cause des mesures sanitaires à juin 2021. Une pièce comique et féministe écrite et jouée par le Collectif Marthe autour de la thématique de l’autodéfense féminine et de l’affirmation qu’il faut « désapprendre à ne pas se battre »

Après leur première pièce Le monde inversé, en 2018, ce spectacle, inspiré de la philosophe Elsa Dorlin dans son ouvrage Se Défendre, une philosophie de la violence, s’invente autour de l’idée que les femmes ont le droit à la légitime défense et à la violence, bien qu’elle aient été depuis toujours exclues du combat, uniquement réservé aux hommes. Dès lors, deux trames s’entremêlent dans la pièce : d’une part, une trame contemporaine, qui interroge les individualités des quatre femmes sur scène, qui combattent chacune leur fantôme, de l’autre des scènes historiques emblématiques de la lutte féministe.

« L’intime est politique »

« L’intime est politique. Il s’agit pour nous de créer des spectacles où nous tentons d’entremêler ces deux notions pour montrer comment les corps sont traversés par du politique et inversement » recueille Aurélien Péroumal en octobre 2020. La trame principale se déroule dans une salle de sport de combat, avec quatre femmes qui viennent tenter de se réapproprier une force, leur rapport à la violence. La prof d’autodéfense, hantée par l’image de son père qui apparaît dans son rêve, semble être en proie à la violence paternelle, tandis qu’une des élèves est sous le joug pervers de son patron, et qu’une autre encore est obsédée par son gynécologue. Quatre femmes, toutes à leur manière sous domination masculines, apprennent alors à tenir leur garde. La représentation, qui joue beaucoup avec l’humour, allant parfois jusqu’à la parodie grotesque, offre un vrai moment de divertissement, qui n’est pas sans fond puisqu’il fait écho avec beaucoup de justesse à tous ces types de dominations que nous connaissons toutes -malheureusement- en tant que femmes.

Une reconstitution fantasmatique de scènes historiques

Tout au long de la pièce, le spectateur est aussi agréablement surpris par des interruptions temporelles ; il est plongé tour à tour chez des peintres à la fin du 19ème, dans la Révolution française, chez des médecins, à Londres, ou encore aux États Unis. D’autres scènes naissent donc, un peu de nulle part et entrecoupent la trame principale, des scènes historiques où apparaissent des fantômes de personnages masculins, tous plus grotesques et ridicules les uns que les autres. Il va sans dire que les quatre jeunes actrices incarnent avec brio ces multiples visages, de Captain America à la doctorante coincée et rendent la représentation énergique, vivante et colorée. Une vraie bulle de bonne humeur et d’instruction féministe !

Tiens ta garde, créé par le collectif Marthe composé de Clara Bonnet, Marie-Ange Gagnaux, Aurélia Lüscher et Itto Mehdaoui (collectif issu de l’École de de la Comédie de Saint-Étienne). Elles sont accompagnées par Guillaume Cayet en tant que dramaturge.

Du 17 au 26 juin 2021 – Théâtre de la Cité internationale 17, bd Jourdan 75014 Paris 

Visuel : © Jean-Louis Fernandez – Cp Tiens ta garde

Laurent Couson : « Le requiem est aussi une oeuvre laïque »
« Les étoiles » de Simon Falguières : exploration de l’inconscient à La Colline
Mahaut Adam

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture