Théâtre

Le « Monde renversé » au Théâtre de la Cité Internationale

Le « Monde renversé » au Théâtre de la Cité Internationale

22 janvier 2018 | PAR Victoire Chabert

Dans « Le monde renversé » qui se joue au Théâtre de la Cité Internationale, le collectif Marthe s’empare du mythe de la sorcière afin d’interroger le rôle social des femmes à travers les siècles.

Cette pièce tourne autour du personnage de Marthe, un nom mais plusieurs facettes, interprétées à tour de rôle par les quatre comédiennes du collectif éponyme. L’unité de temps, de lieu et d’action ne sont pas respectés ici. Mais plus qu’une pièce de théâtre, Le monde renversé, est une véritable histoire. Marthe traverse les époques, elle connaît de nombreuses aventures, subies par son corps et induites par sa condition de femme. Si chacune des quatre actrices se retrouvent dans Marthe, celle-ci est jugée tout au long de la pièce comme une et seule sorcière. Inspiré du livre de Silvia FedericiCaliban et la sorcière. Femmes, corps et accumulation primitive, le collectif a pu remonter dans le passé pour dégager différents moments significatifs dans l’histoire où, du féodalisme au capitalisme, le corps des femmes se transforme et sa place dans la société change.

©Dorothée Thébert-Filliger
©Dorothée Thébert-Filliger

La pièce montre que la chasse aux sorcières des XVème et XVIème siècles a renforcé l’assignation des femmes à des tâches bien définies, la principale étant la reproduction du corps social. Cette question du corps des femmes comme «instrument» de reproduction, est traitée de plusieurs façons dans le spectacle. Une scène évoque le contrôle des naissances par l’inquisition, puis une autre la proclamation d’un édit du roi Henri II criminalisant l’avortement. À la fois drôle et dynamique, ces scènes des « Marthes historiques » sont mêlées à d’autres scènes plus délirantes. Qui réunissent par exemple les philosophes Descartes, Hobbes et Jean Bodin, assistant à une dissection gynécologique. Ou qui mettent en scène le débat d’une conférencière avec Foucault et Marx ! Ce dernier est interpellé par la collectif « Et Karl, on a un truc à te dire… » afin de faire remarquer que la constitution progressive du capitalisme s’est accompagnée d’une régulation de la procréation.

©Dorothée Thébert-Filliger
©Dorothée Thébert-Filliger

Avec « Le monde renversé », on comprend vite que, par-delà les ensorceleuses, c’est bien le corps féminin qui fournit la matière première du spectacle, corps secret, fantasmé, dérangeant. Dans ce voyage à travers les siècles, les contes et les essais, c’est avec un humour débridé que le collectif Marthe dévoile les mécanismes de persécution et de domination qui continuent de toucher les femmes.

Le Monde Renversé créé par le collectif Marthe composé de Clara Bonnet, Marie-Ange Gagnaux, Aurélia Lüscher et Itto Mehdaoui (collectif issu de l’École de de la Comédie de Saint-Étienne). Elles sont accompagnées par Guillaume Cayet en tant que dramaturge.

Du 11 au 25 janvier 2018 – Théâtre de la Cité internationale 17, bd Jourdan 75014 Paris – Tarifs CAT. B de 7 à 19 €

Infos pratiques

LA SÉLECTION « POP-ROCK-INDÉ-ELECTRO-RAP » DE JANVIER
Gagnez 4×2 places pour LE CIEL PEUT ATTENDRE d’Ernst Lubitsch
Victoire Chabert

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *