Théâtre
Soie de Alessandro Baricco au Lucernaire

Soie de Alessandro Baricco au Lucernaire

27 octobre 2021 | PAR David Rofé-Sarfati

Sylvie Dorliat adapte avec sensibilité le livre d’Alessandro Baricco, Soie au Lucernaire. Aidée de William Mesguich son metteur en scène, elle restitue l’univers poétique du roman.

Sur la scène, une mappemonde ancienne, un bureau d’écolier noir, trois robes derrière des voiles. Sylvie Dorliat apparait, assise sur le bureau. Nous sommes en 1860 en Ardèche. Les vers à soie venus du Moyen-Orient sont victimes d’une épidémie. Plutôt que de poursuivre une carrière dans l’armée, le jeune Hervé Joncour entreprend un voyage au Japon, un pays encore fermé aux étrangers. Et l’on suit ses pérégrinations. Il prend plusieurs trains, traverse la Sibérie à cheval, descend le fleuve Amour, repère un contrebandier et arrive enfin au village d’Hara Kei. Il y croise le regard d’une jeune femme. A son retour, il est un homme riche et bientôt marié à Hélène.

Hervé Joncour fera trois autres voyages, écartelé entre son amour pour son épouse Hélène et les quelques instants de grande sensualité qu’il vivra à chaque voyage chez Harat Kei, dans un pays dont il ne connaît ni la langue ni les codes. Trois ans après son dernier voyage, alors qu’Hélène vient de mourir,  il reçoit une lettre du Japon. Et Hervé Joncour, avec nous, sera sidéré par ce twist de l’intrigue que nous ne spoilerons pas ici à ceux qui n’ont pas déjà lu le roman.

Sylvie Dorliat alterne les emplois, devient parfois le narrateur. Chaque personnage s’incarne en elle. Elle s’explique : J’ai été séduite par l’alchimie merveilleuse de Soie, par ses longs voyages dangereux, ses amours mélancoliques et impossibles, et sa langue musicale : « Elle pleuvait, sa vie, devant ses yeux, spectacle tranquille » Voilà des mois, que ce livre m’entraîne dans ses cycles initiatiques et une sensation d’éternité. Je souhaite, aujourd’hui, porter à la scène cette histoire de fascination et me perdre et perdre le spectateur dans un labyrinthe léger et sensuel. (…) Je suis ravie que William Mesguich ait accepté de m’accompagner dans ce projet. Je suis sûre qu’avec son talent, sa fougue et sa délicatesse, il saura restituer la pudeur et les fulgurances érotiques d’Alessandro Baricco.

En effet, l’expérience spectateur est en premier lieu littéraire ; Soie pourrait s’écouter les yeux fermés à la façon d’une pièce radiophonique, où l’auditeur serait bercé par la voix de la comédienne, cependant que  la mise en scène de William Mesguich fait écrin. 

 

Soie, inspiré du roman de Alessandro Baricco, texte français de Françoise Brun (publié chez Folio)
Mise en scène et lumières de William Mesguich, avec Sylvie Dorliat.
Du 13 octobre au 28 novembre 2021, du mardi au samedi à 19 h.
Au Lucernaire – 53 rue Notre-Dame-des-Champs – 75006 Paris

Visuel Affiche

Le phénomène #JaiBloquéCNews prend de l’ampleur
La 38ème bis édition du Marché de la Poésie
David Rofé-Sarfati
David Rofé-Sarfati est Psychanalyste, membre praticien d'Espace Analytique. Il se passionne pour le théâtre et anime un collectif de psychanalystes autour de l'art dramatique www.LautreScene.org. Il est membre de l'APCTMD, association de la Critique, collège Théâtre.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture