Poésie
La 38ème bis édition du Marché de la Poésie

La 38ème bis édition du Marché de la Poésie

27 octobre 2021 | PAR La Rédaction

“Comment être poète ? En promenant un homard”(1). C’est ainsi qu’Hélène Cixous a conclu le discours d’inauguration du 38ème bis Marché de la Poésie qui s’est tenu la semaine dernière et dont elle est Présidente d’honneur cette année. De quoi donner le ton à cette édition plusieurs fois repoussée – pandémie – place Saint Sulpice, portée par l’association c/i/r/c/é.

Par Claire Médard, auteure et traductrice.

On pouvait y retrouver pas moins de 500 exposants, avec des éditeurs venus des quatre coins de l’hexagone (Editions Unes, Castor Astral, Lanskine, Cheyne, La Barque, Bruno Doucey, entre autres), mais aussi de Suisse (Les Editions d’en bas, La Baconnière), Belgique (MaelstrÖm, l’Arbre à paroles) et du Québec (le Noroît). Étaient aussi présents, entre autres, quelques revues (Radical(e), la moitié du Fourbi, Ent’revues, Cockpit), librairies (Gallimard, Tschann), associations (l’Assaut des poètes), compagnies (Turbulences !), festivals (Poetik Bazar) et maisons de la poésie (La Factorie).
Ancienne et nouvelle génération ont cohabité en toute fluidité sous les tentes blanches du marché, proposant sur leurs stands, en plus de leurs livres, des rencontres, signatures, lectures ou performances… et éventuellement un verre en fin de journée.

Il a fallu composer avec quelques contraintes, notamment météorologiques, la tempête du deuxième jour qui a soufflé sur le Marché (preuve que la poésie a le vent en poupe), le pass sanitaire imposé par la préfecture, les cloches de l’église pendant les interventions, mais la bonne humeur, la poésie et le soleil l’ont emporté.

Il régnait sur cette édition beaucoup de convivialité, de douceur, de vie, d’envie. Le Marché de la poésie, c’est aussi des rencontres, des mots qui marquent et résonnent, rassemblent, font réagir. Au fil des jours des amitiés se nouent. L’occasion également de rencontrer des personnes croisées sur les réseaux et de mettre un visage sur des noms lus et relus sur les couvertures des livres.

Une édition aussi réussie et vivante qu’attendue, qui a remporté un franc succès. Poetry is not dead!

(1). Allusion à Nerval qui se promenait avec un homard dans les jardins du Palais Royal

Plus d’informations sur marche-poesie.com

visuel : affiche 

Soie de Alessandro Baricco au Lucernaire
La mémoire perpétrée au musée Dreyfus dans la maison d’Emile Zola
La Rédaction

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture