Théâtre
Soda, teaser de la série théâtrale de la rentrée

Soda, teaser de la série théâtrale de la rentrée

10 septembre 2012 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Cela ne vous fait pas peur de rester scotché devant l’intégrale de Six Feet Under ? Alors vous ne serez pas déçu par l’expérience Soda,  une idée folle de Denis Baronnet, Ismaël Hude et Nicolas Kerszenbaum. On a eu la chance d’assister à la saison 1, dans le lieu hors du temps qu’est le Collectif Douze à Mantes-la-Jolie avant que la saga n’arrive au TGP dans le cadre du festival Une semaine en compagnie.

Un homme meurt. Manque de bol, la scène se passe chez sa maîtresse, la toute jeune secrétaire d’Etat à la Parité Catherine Delmotte. En compagnie de son mari et de sa chargée de com, ils font disparaître le corps dans une forêt, mais voilà qu’il se volatilise. Ailleurs, Leila tombe enceinte sans avoir couché avec personne tandis que son frère, un jeune metteur en scène, voit son père (le bluffant Jean Baptiste Verquin) devenir au sens propre un légume ; encore ailleurs, une mère émouvante  en dit trop sur sa vie sexuelle à son fils.  L’ambiance est posée entre fantastique, policière et intrigue sociétale. En parallèle, trois scènes se déroulent, comme dans Short Cuts de Robert Altman, côte à côte, elles se croiseront peut-être, suspense.

La scénographie emprunte sa grammaire tant à Wajdi Mouawad qu’à Ostermeier. Trois plateaux en un, sur des podiums. Sur chacun d’entre eux est posé une table et des chaises. Il y a aussi un groupe de rock, car pas de bonne série sans générique de début ! Les histoires se déroulent alors que les autres se figent. Au-dessus et au-dessous, de la forêt: de la terre au sol, des branches aux cintres. C’est parti pour 11 heures.

Comme dans une vraie série, les épisodes fonctionnent en saison. Les metteurs en scène ont pris le terme au mot, les saisons sont ici des mois. Nous évoluerons avec la troupe,  de novembre à  mai.

Nous avons eu la chance de rencontrer Nicolas Kerszenbaum. Le jeune homme, biberonné aux bonnes séries US a ensuite plongé dans le meilleur de la scène contemporaine allemande. Il a aussi brillamment commis un mémoire sur le chorégraphe Alain Platel.  Son vœu le plus fou est de « raconter des histoires, c’est constitutif du genre humain, regardez l’Iliade et l’Odyssée ! ».
Soda s’adresse tant à la stricte communauté théâtrale qui y reconnaîtra aisément les références des auteurs, mais aussi aux néophytes qui se gorgeront de plaisir face à ce genre ludique.

Soda est aussi un dénicheur de talents. Jeune compagnie oblige, tout n’y est pas impeccable, qu’à cela ne tienne, le texte est d’une vivacité acide et le jeu de certains comédiens, particulièrement Bertrand Barré, prouve que bientôt, Soda aura sa place dans la cour des grands.

Talents à suivre le week-end prochain au TGP.

Visuel (c) Fanny Legros

 

Infos pratiques

Prix Goncourt 2012, la sélection fait jaser
Dans l’intimité du XIXe siècle au Musée de la vie Romantique
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

One thought on “Soda, teaser de la série théâtrale de la rentrée”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *