Théâtre
La promesse de l’aube au Lucernaire, un seul en scène magistral

La promesse de l’aube au Lucernaire, un seul en scène magistral

26 janvier 2022 | PAR Geraldine Elbaz

Jusqu’au 6 mars 2022, Stéphane Laporte et Dominique Scheer mettent en scène Franck Desmedt dans La promesse de l’aube de Romain Gary au Lucernaire. Un texte fort et sensible porté par un comédien d’exception qui nous raconte avec élégance et virtuosité le récit d’une vie marquée par l’amour inconditionnel d’une mère pour son fils. Une vraie pépite.

« Avec l’amour maternel, la vie vous fait à l’aube une promesse qu’elle ne tient jamais. On est obligé ensuite de manger froid jusqu’à la fin de ses jours. »

Quand Franck Desmedt, vêtu d’un costume sombre trois pièces agrémenté d’une cravate, fait son entrée en scène, le plateau est plongé dans une obscurité dominante. Une lumière chaude illumine ça et là les éléments d’un décor épuré et dessine en ombre chinoise la silhouette du comédien, que nous devinons à peine dans un clair-obscur pictural.

Un fauteuil est installé côté jardin, un porte-manteau en bois soutient une rose blanche près d’une valise posée au sol côté cour et deux toiles suspendues habillent le fond de la scène. Sobre et efficace.

Pendant près d’une heure, nous allons voir Franck Desmedt prendre l’espace, jouer avec la lumière comme avec un partenaire de scène et surtout partager avec le public la beauté du texte de Romain Gary.

La promesse de l’aube, roman autobiographique écrit en 1960, raconte la jeunesse de Romain Gary auprès de sa mère, ancienne comédienne russe, qui l’élève seule et qui nourrit pour son fils les projets les plus ambitieux.

Malgré les difficultés financières, les déménagements, la guerre, la maladie, rien ne semble pouvoir abîmer ce lien extraordinaire entre une mère exubérante et son fils, à qui elle voue un amour immodéré et qui fera tout pour être à la hauteur de ses attentes.

Le seul en scène proposé ici nous offre une sélection de passages choisis, incarnés magnifiquement par un comédien talentueux, à la diction impeccable et au jeu éblouissant. Comme une confidence que l’on fait à un ami, il transmet au public son amour de l’œuvre de Gary, nous propose une lecture sensible du texte et nous embarque dans une épopée folle et touchante.

La réputation de Franck Desmedt n’est plus à faire : remarquable dans Tempête en juin, virevoltant dans Le Visiteur ou encore moliérisé dans Adieu Monsieur Haffmann, toutes les pièces qu’il joue s’avèrent être de francs succès et le public ne sera, une nouvelle fois, pas déçu.

Une pièce à découvrir absolument et à partager sans modération.

 

 
 
Visuel : (c) LOT
 
La promesse de l’aube
De Romain Gary
Adaptation et jeu : Franck Desmedt
Mise en scène : Stéphane Laporte et Dominique Scheer
Au Lucernaire jusqu’au 6 mars 2022
Durée : 1h
Espaces baroques – Ondoiements, exposition personnelle de Frédéric Galliano
Sofian Jouini : « Le corps est pour moi un lieu de stockage de mémoire »
Geraldine Elbaz
Passionnée de théâtre, de musique et de littérature, cinéphile aussi, Géraldine Elbaz est curieuse, enthousiaste et parfois… critique.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture