Théâtre
« Tempête en juin », au théâtre La Bruyère avec l’excellent Franck Desmedt

« Tempête en juin », au théâtre La Bruyère avec l’excellent Franck Desmedt

26 décembre 2019 | PAR Geraldine Elbaz
Un seul en scène remarquable porté par un comédien de talent qui incarne avec brio tous les personnages du roman posthume d’Irène Némirovsky, Suite Française (Prix Renaudot 2004) sur l’exode de 1940 en France, avant l’arrivée des troupes allemandes.
Nous sommes le 3 juin 1940 à Paris, sous les bombes. Des familles entières se regroupent comme elles le peuvent, bagages sous le bras et peur au ventre. Les enfants sont réveillés en pleine nuit, habillés à la hâte, précipités dans le noir vers un destin incertain. Quand Franck Desmedt arrive sur scène, vêtu d’un imper beige et muni d’une petite valise en cuir, il est déjà chargé de tous les personnages qu’il va nous présenter : entre autres les Péricand qui partent vers Nîmes, Gabriel Corte, l’écrivain connu qui s’enfuit avec sa maîtresse à Vichy, les Michaud, employés de banque qui doivent rejoindre Tours en voiture avec l’aide de leur directeur qui leur fera faux-bond au dernier moment… Ils tenteront de prendre le train, mais rien ne fonctionnera comme ils le voudraient et ils seront vite contraints d’abandonner toute velléité de départ. Démunis, ils restent sans nouvelle de leur fils Jean-Marie, envoyé au front… 
 
Le tome I du roman inachevé Suite Française d’Irène Némirovsky, romancière russe issue d’une famille juive imprégnée de culture française, née à Kiev en 1903 et morte en 1942 à Auschwitz, restitue parfaitement le climat terrible et anxiogène de l’époque et dépeint avec un regard particulièrement subtil et sensible les conditions de vie des français au début de l’occupation allemande.
Virginie Lemoine et Stéphane Laporte ont choisi d’adapter ce texte poignant sur les planches et c’est un pari absolument réussi : la mise en scène est parfaitement cadencée et le décor volontairement inexistant. Tout repose sur le texte servi magistralement par Franck Desmedt, qui parvient à nous transmettre les émotions de chaque personnage et à recréer tout en finesse le chaos migratoire de la population française à cette époque.
Ce seul en scène est en réalité une expérience unique qui nous permet d’entrer dans l’intimité bousculée de ces familles en fuite dans un contexte historique dramatique, où des millions de personnes ont dû quitter leurs villes, où des foyers ont été éclatés, des dizaines de milliers d’enfants ont été perdus sans compter le nombre effrayant de civils tués.
Desmedt est un véritable caméléon qui se fond dans chacun des protagonistes et nous offre une large palette d’émotions en passant d’un personnage à l’autre avec une dextérité rare. On est à la fois dans le tragique, le sensible et parfois même le grotesque. Tout y est pour nous plonger dans une esthétique réaliste. L’acteur avait reçu le Molière du Meilleur Second Rôle pour Adieu Monsieur Haffmann en 2018, son implication totale dans ce rôle ne fait que confirmer son talent et sa maestria.
 
Notons enfin, que la programmation du théâtre La Bruyère nous permet jusqu’au 4 janvier 2020 de voir à 19h Tempête en juin et à 21h Suite Française, l’adaptation des deux premiers tomes du roman d’Irène Némirovsky. Nous ne saurions donc que trop recommander la lecture de Suite Française et d’aller voir les deux pièces magnifiquement interprétées et mises en scène.
 
Tempête en juin suivi de Suite Française, Théâtre La Bruyère, Jusqu’en février 2020, Durée : 1h15
photo : © Thomas Baudeau
Claude Régy, le géant de l’ombre, est mort
Gagnez 3×2 places pour « Nous campons sur les rives » au centre dramatique Nanterre-Amandiers le 23 janvier
Geraldine Elbaz
Passionnée de théâtre, de musique et de littérature, cinéphile aussi, Géraldine Elbaz est curieuse, enthousiaste et parfois… critique.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *