Humour
« Le temps de vivre » : Camille Chamoux remet les pendules à l’heure du temps qui passe, au Petit Saint-Martin

« Le temps de vivre » : Camille Chamoux remet les pendules à l’heure du temps qui passe, au Petit Saint-Martin

11 octobre 2020 | PAR Geraldine Elbaz

Mis en scène par l’excellent Vincent Dedienne, le nouveau seul en scène de Camille Chamoux, avec la complicité de Camille Cottin, interroge notre rapport au temps pendant 70 minutes exactement, au Petit Saint-Martin. C’est vif, enlevé et tellement drôle !

« Le chronomètre calcule le temps que cela va nous prendre, le minuteur, le temps qu’il nous reste. »

Après Camille Attaque, Née sous Giscard et L’esprit de contradiction, Camille Chamoux nous présente ici son quatrième seul en scène intitulé Le temps de vivre.

Sur l’affiche du spectacle aux couleurs éclatantes, juchée sur un toit parisien, bigoudis dans les cheveux et le teint hâlé, Camille vernit ses ongles de pieds : elle prend le temps.

Depuis le confinement ayant marqué une pause forcée dans nos vies, notre rapport au temps a changé.

Nous vivons à une époque où tout va très vite, où nous sommes accaparés par des vies à mille à l’heure, où nous ne prenons plus le temps. Nos rythmes de vie effrénés nous obligent à tout planifier, à organiser nos activités avec un minutage précis de tout, depuis le réveil jusqu’au coucher et quand on devient parent, le phénomène s’amplifie.

C’est le constat de Camille Chamoux qui nous raconte avec beaucoup d’humour et une énergie débordante comment l’arrivée de ses enfants l’a précipitée dans un espace temps accéléré, dans une course contre la montre permanente, où chaque action est précédée d’un décompte, comme la fusée Ariane.

Camille va parsemer sa réflexion de jolies citations littéraires, musicales et culturelles pour illustrer la thématique du temps avec Proust, Léo Ferré ou encore Boris Vian.

Elle partage avec le public ses expériences temporelles liées à l’angoisse de rater son Uber commandé trop tôt, de perdre un quart d’heure en voiture car l’itinéraire Waze n’a pas été respecté ou encore ces groupes WhatsApp chronophages… Elle nous parle aussi de ses parents qui à 80 ans font toujours du ski, les Boomers, cette génération qui ne lâche rien…

La mise en scène de Vincent Dedienne est élégante, rythmée, impeccable. Camille Chamoux prend l’espace et crée une connivence immédiate avec le public. Son phrasé ressemble un peu à celui de son metteur en scène avec ce débit rapide, incisif et percutant qui donne le tempo au spectacle.

Attention, la représentation dure 70 minutes, et pas une de plus car le régisseur a un impératif canin et au bout d’une heure dix précisément, les lumières et le son seront coupés !

Dépêchez-vous d’aller voir Camille Chamoux sur scène, c’est jusqu’au 26 décembre au Petit Saint-Martin !

Visuels : affiche et (c) Christophe Raynaud de Lage

Camille Chamoux, Le temps de vivre, Un exposé sur la finitude en 70 min pile. Jusqu’au 26 décembre 2020. Du mercredi au samedi à 20h30 Samedi 10 octobre, 17 octobre, 24 octobre, 31 octobre à 17h30
Durée : 1h10

visuels : affiche / Christophe Raynaud de Lage

Le prix Marcel Duchamp d’art contemporain célèbre ses vingt-ans au Centre Pompidou
Point cardinal : La transidentité du livre à la scène. Une création au théâtre de Belleville
Geraldine Elbaz
Passionnée de théâtre, de musique et de littérature, cinéphile aussi, Géraldine Elbaz est curieuse, enthousiaste et parfois… critique.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *