Humour
Ad Vitam, le nouveau spectacle d’Alex Vizorek au théâtre de l’Œuvre

Ad Vitam, le nouveau spectacle d’Alex Vizorek au théâtre de l’Œuvre

27 octobre 2021 | PAR Geraldine Elbaz

Jusqu’au 8 janvier 2022, l’humoriste belge Alex Vizorek investit le théâtre de l’Œuvre et nous présente son deuxième seul en scène intitulé Ad Vitam. Après nous avoir parlé d’art avec Alex Vizorek est une œuvre d’art pendant près de 10 ans, son premier spectacle bien rôdé qui avait pour vocation de nous faire rire tout en apprenant, il signe un nouveau one-man show très réussi sur un sujet auquel on ne s’attend pas forcément… la mort. Il fallait oser, Alex Vizorek l’a fait. Et plutôt bien !

Un parcours sans faute 

Après des études de commerce à Solvay et de journalisme à l’Université Libre de Bruxelles, Alex quitte la Belgique pour la France et suit les Cours Florent à Paris où il rencontre Stéphanie Bataille, qui mettra en scène ses futurs spectacles. Son charme à la Hugh Grant et sa verve humoristique interpellent, il remporte de nombreux prix et on commence à l’écouter sur les radios belges et françaises. Sa cote monte en flèche, il se produit sur scène où il cartonne, ses chroniques font rire des millions d’auditeurs et l’émission qu’il co-anime avec Charline Vanhoenacker sur France Inter explose. 

Il écrit dans la presse, on le voit à la télé (C l’Hebdo, Ça balance à Paris, Salut les Terriens !, Télématin…), il apparaît dans des séries et des films sur petit et grand écran (Munch, Madame, Le Bonheur des uns…), il présente la 31è cérémonie des Molières sur France 2, bref il est partout. Brillant, cultivé et insatiable, ce stakhanoviste de l’humour est sur tous les fronts et il excelle. 

Alors, ce nouveau spectacle ? 

Parler de la mort pour nous faire rire, il faut croire qu’Alex Vizorek aime les challenges… Passer des cymbales aux pierres tombales, l’exercice semble périlleux. Mais non, c’est mal connaître l’artiste qui réussit tout ce qu’il entreprend. 

Bien évidemment le théâtre de l’Œuvre affiche complet, les auditeurs de France Inter se sont précipités et les amateurs d’humour de qualité vont se régaler, comme il aime à le dire. Alors que le public s’installe, des citations de grands hommes défilent sur un écran : 

« Mourir ? Plutôt crever ! » Siné 

« When you are dead, you do not know you are dead. It is only painful for others. The same applies when you are stupid. » Ricky Gervais

Ou encore : 

« La vie est un départ, la mort est un retour. » Lao Tseu / « Comme d’habitude avec Lao Tseu, c’est pas clair… » Alex Vizorek 

Parfois, on découvre avec jubilation les commentaires d’Alex sur certains mots d’esprit qui nous font sourire. Plus vous arriverez tôt au spectacle, plus vous en aurez. 

Une thématique improbable 

Ad Vitam a donc pour ambition de dédramatiser la mort, de rire de nos angoisses et comme toujours avec Alex, d’aborder le sujet avec élégance, philosophie, érudition… mais pas que, comme ses chapitres sur la reproduction animale ou la petite mort en témoignent. On vous laisse découvrir les détails. 

Pour ceux qui avaient adoré son premier spectacle, vous serez très heureux de retrouver quelques toiles de-ci de-là pour illustrer son propos. Après Bergson, c’est Heidegger qui s’invite dans son exposé mais il y aura aussi du Baudelaire, des jeux de mots formidables, une sélection d’épitaphes et autres joyeusetés mortuaires…  

Une scénographie élégante

Stéphanie Bataille l’accompagne depuis ses débuts et le duo fonctionne admirablement. Non seulement la mise en scène est à l’image du talentueux humoriste : soignée et élégante mais le jeu de lumières et le dispositif d’écrans suspendus offrent une esthétique idéale et moderne qui sert le sujet. Tout est parfaitement orchestré, bien rythmé. Le texte est travaillé au scalpel, parfaitement ciselé et servi magistralement.

Allez-y, c’est mortel !

 

Visuel : (c) Laura Gilli

Ad Vitam 

De et avec Alex Vizorek 

Mise en scène de Stéphanie Bataille

Au Théâtre de l’Œuvre

Du mercredi au samedi à 21h

Jusqu’au 8 janvier 2022 puis en tournée dans toute la France

Durée : 1h20

Le prix Médicis remis à Christine Angot pour Le Voyage dans l’Est
Le projet de « festival Netflix » passe mal auprès des distributeurs
Geraldine Elbaz
Passionnée de théâtre, de musique et de littérature, cinéphile aussi, Géraldine Elbaz est curieuse, enthousiaste et parfois… critique.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture