Spectacles

Haut les corps au festival théâtral du Val d’Oise

Haut les corps au festival théâtral du Val d’Oise

04 novembre 2014 | PAR Christophe Candoni

La 32e édition du festival théâtral du Val d’Oise débute ce soir et prend pour thème le corps du comédien exploré sous toutes ses formes et coutures à travers une programmation riche et pluridisciplinaire (théâtre, danse, musique, marionnettes et objets, vidéo…) qui s’étend sur plus d’un mois dans tout le territoire départemental.

Le théâtre « partout, pour tous ! » Voilà la vocation première du festival qui se déplace dans tous les coins du Val d’Oise, des grandes villes aux zones rurales plus isolées, dans un souci d’accessibilité et de proximité avec tous les spectateurs (adultes, jeunes, familles, scolaires…). Preuve en est : 46 villes parmi lesquelles Goussainville, Argenteuil, Fosses, Taverny, Cormeilles accueilleront dans leurs structures culturelles 39 spectacles.

L’année dernière, le festival a touché plus de 21 000 spectateurs dont certains ont inspiré Le Banquet de la vie donné ce soir en ouverture de festival à Pontoise. Le spectacle est en effet conçu et mis en scène par Léa Dant à partir de témoignages d’habitants de Cergy, Marines et Eaubonne qui se sont prêtés au jeu intime du récit de vie.

Pour l’inauguration qui aura lieu le mercredi 5 novembre à Garges-lès-Gonesse, c’est à un spectacle, visuel, musical, poétique et sans parole, que sera convié un large public invité à découvrir une adaptation d’Actéon, la métamorphose d’Ovide, interprétée par la danseuse Carine Gualdaroni seule en scène avec une marionnette.

Cette édition, le Festival accueille 12 créations dont Les Enfants de la terreur coproduit par le FACM (fonds d’aide à la création mutualisée). Le spectacle se joue actuellement au TNB dans le cadre du festival Mettre en scène à Rennes. Au regard de la lutte de mouvements révolutionnaires qui firent de la violence le cœur de leurs actions dans la deuxième partie du XXe siècle, Julie Depaule se demande comment changer le monde et à quel prix ?

L’écriture et les formes contemporaines seront largement représentées par des auteurs tels que Dennis Kelly avec Orphelins, un thriller sombre à lourd suspense, ou Philippe Dorin avec sa pièce jeune public Sœur, je ne sais pas quoi frère, et des créations collectives parmi lesquelles Nous sommes seuls maintenant, le dernier des trois volets de la trilogie « Des années 70 à nos jours » proposée par le collectif In Vitro de Julie Deliquet en résidence au festival et présente il y a peu au festival d’automne à Paris.

Gros succès au festival d’Avignon, le Discours à la nation de l’italien Ascanio Celestini interprété par David Murgia se donnera pour une représentation conclusive à Fosses le 7 décembre avant sa reprise en janvier au Théâtre du Rond-Point à Paris.

 

Festival théâtral du Val d’Oise, du 4 novembre au 12 décembre 2014. Consultez l’intégralité du programme ICI

[Critique] « 71 » : un thriller haletant au coeur d’une Irlande à feu et à sang par Yann Demange
Simone Rocha révèle les pièces de sa collaboration avec J. Brand.
Christophe Candoni
Christophe est né le 10 mai 1986. Lors de ses études de lettres modernes pendant cinq ans à l’Université d’Amiens, il a validé deux mémoires sur le théâtre de Bernard-Marie Koltès et de Paul Claudel. Actuellement, Christophe Candoni s'apprête à présenter un nouveau master dans les études théâtrales à la Sorbonne Nouvelle (Paris III). Spectateur enthousiaste, curieux et critique, il s’intéresse particulièrement à la mise en scène contemporaine européenne (Warlikowski, Ostermeier…), au théâtre classique et contemporain, au jeu de l’acteur. Il a fait de la musique (pratique le violon) et du théâtre amateur. Ses goûts le portent vers la littérature, l’opéra, et l’Italie.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *