A l'affiche
[Critique] « 71 » : un thriller haletant au coeur d’une Irlande à feu et à sang par Yann Demange

[Critique] « 71 » : un thriller haletant au coeur d’une Irlande à feu et à sang par Yann Demange

04 novembre 2014 | PAR Yaël Hirsch

Prix du public au dernier festival du film de Dinard (voir le palmarès), ’71 est un excellent polar au cœur d’un Belfast divisé entre protestants et catholiques. Un thriller au rythme irrésistible, à temps très violent et qui fait réfléchir au sens littéral de mourir pour la patrie.

[rating=4]

En 1971, dans un Belfast divisé en deux par la guerre entre catholiques et protestants un nouveau contingent de soldats anglais (protestants) posté dans cette ville part en repérage. La révolte des civils irlandais catholiques locaux dérape et, venu sans casques et sans intention de tirer, le groupe de soldats anglais est obligé de partir en laissant deux d’entre eux derrière eux. Un des jeunes-hommes est lapidé par des gamins, tandis que l’autre prend la fuite et tente de sauver sa peau en terrain très hostile. Avec l’aide d’un autoritaire gamin protestant, d’un médecin irlandais et au milieu d’un complot politique complexe, le jeune homme (Jack O’Connell II) va tenter de sauver sa vie.

Plus de 20 ans après les faits, sans cesser de faire réfléchir sur les affres d’une guerre civile au 20ème siècle, le conflit anglo-irlandais est devenu un sujet de thriller intelligent comme Shadow dancer ou de ’71 aussi sombre et dur que réussi. savoir où s’arrêtent les idéaux et quelle frontière départage le désir de vivre et la trahison semble nous repousser dans un temps très ancien, peu-être à peine concevable pour un français d’aujourd’hui, où l »individu se sacrifiait au nom d’une cause nationale. Mourir pour des idées, l’idée n’a probablement jamais été excellente, c’est en tout cas ce que montre avec nuances et rebondissement ce film sombre, profond et bien mené.

’71, de Yann Demange, avec Jack O’Connell II, Paul Anderson (III), Richard Dormer, Sean Harris, Sean Harris, Martin McCann, Corey McKinley, Irlande, 1h43, Ad vitam. Sortie le 5 novembre 2014.
visuels : Photos officielles du film.

La sélection cinéma de la semaine du 5 Novembre
Haut les corps au festival théâtral du Val d’Oise
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

One thought on “[Critique] « 71 » : un thriller haletant au coeur d’une Irlande à feu et à sang par Yann Demange”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


    Soutenez Toute La Culture