A l'affiche
Gérardmer 2021 : la pépite canadienne « Anything for Jackson »

Gérardmer 2021 : la pépite canadienne « Anything for Jackson »

29 janvier 2021 | PAR Manon Bonnenfant

En compétition dans la catégorie longs métrages de Gérardmer, Anything for Jackson se démarque de par son thriller surprenant. Alliant horreur et comédie, la création de Justin G. Dyck est une belle surprise et en pole position pour remporter le prix. 

Lorsque chagrin et satanisme s’entremêlent. Un couple de personnes âgées tente une solution folle pour faire revenir à la vie leur petit-fils, Jackson. Mais les choses ne se passeront pas comme prévu et ils basculeront tous deux dans un cauchemar éveillé. Des grands-parents au demeurant sympathiques qui – lors des toutes premières minutes – semble attendre l’arrivée d’une invitée enceinte… se révélant très vite être leur otage. L’objectif ? Se servir du bébé de la kidnappée (appelée « host », hôte) pour intégrer toute la conscience de Jackson. Si ce procédé nous rappelle instantanément les phénomènes – d’époques différentes – Rosemary’s Baby et Get Out, Anything for Jackson trouve sa place à un autre niveau : celui d’un thriller satanique où l’humour ainsi que différents tons sont subtilement instillés. 

Suite à un rituel satanique avec leur otage, celle-ci ainsi que le couple ou encore tous ceux qui s’aventurent dans la maison seront tourmentés par des apparitions toutes aussi terrifiantes les unes que les autres. Il semblerait que cela soit le prix à payer pour avoir pactisé avec Satan. Ont-ils pris la bonne décision ? Seraient-ils capables d’aller jusqu’au bout, de faire n’importe quoi pour Jackson ? La prestation du duo principal (interprété par Sheila McCarthy et Julian Richings) est à saluer, portée par une très bonne alchimie ainsi qu’une étonnante « fraîcheur. » A la fois effrayants dans leur détermination aveugle et attachants quant à ce sujet universel du deuil, le duo brille. La (future) mère kidnappée n’est pas en reste : Konstantina Mantelos se montre résistante, prise d’un instinct de survie qui rappelle les héroïnes de Scream et Halloween

Laissez-vous porter – au gré des quelques notes revisitées de Daisy Bell – par ce thriller à la réalisation soignée, justesse des acteurs et originalité. Car s’il est difficile d’élever Anything for Jackson au rang de totale réinvention du genre (ce qui le fut pour Hérédité d’Ari Aster), la création canadienne surprend et convainc par son habilité à passer du fantastique à l’horreur, du drame à la comédie, sans réel faux pas. 

Plus que deux jours pour découvrir Anything for Jackson, expire dimanche à 23h59. 

Visuel : affiche officielle du film

 

Un OVNI(s) parmi les séries
« La Nuée » et « Teddy », deux films de genre français en compétition à Gérardmer
Manon Bonnenfant

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture