Danse

La mémoire à fleur de peau de Thomas Lebrun ouvre « Faits D’Hiver »

La mémoire à fleur de peau de Thomas Lebrun ouvre « Faits D’Hiver »

15 janvier 2019 | PAR Lou Baudillon

La création Another Look At Memory, présentée pour la première fois en 2017 au Festival de Danse de Cannes signe cette année l’ouverture du très attendu et apprécié Faits D’Hiver

C’est au Théâtre de la Cité Internationale que la pièce s’ouvre sur les trois interprètes fétiches du chorégraphe : Raphaël Cottin, Anne-Emmanuelle Deroo et Anne-Sophie Lancelin dont les mouvements s’imitent, se coordonnent et répètent dix années de créations dans un mash-up chronologique fluide, auquel vient s’ajouter un quatrième danseur, Maxime Aubert, nouveau venu dans la troupe. C’est ainsi que Thomas Lebrun créé la résurgence d’une décennie de pièces qui ont fait sa réputation : on vit de nouveau La Jeune Fille et la mort et le Lied Balleton redécouvre les pas des Rois de la piste … Les partitions se déploient sur la musique minimaliste et hypnotisante de Another Look at Harmony de Philip Glass comme si on assistait en coulisses aux répétitions de toute une oeuvre. Les corps y fonctionnent en groupes de deux, de trois ou quatre puis parfois individuellement comme autant de laisser-allez du souvenir. Cependant, les mouvements se retrouvent toujours : Il sont à la fois ronds et fragiles puis mécaniques et grinçants dans une coordination en écho sous la lumière pâle de la scène.

Le travail de Thomas Lebrun n’est sans doute plus à présenter, mais la magie opère continuellement avec Another Look At Memory. C’est celle-ci qui donne le ton du Festival Faits D’Hiver pour son ouverture, la magie mais aussi l’hommage à ce qui fait l’âme de l’événement même : le sensible du danseur.

Toutes les informations de Faits D’Hivers ainsi que la programmation complète sont à retrouver ici

 

 

Visuel : © Frédéric Iovino

« Working girls – Voix des Femmes I », des monologues de femmes à l’honneur au pays violent du patriarcat
Certaines n’avaient jamais vu la mer Par Richard Brunel à La Manufacture des Oeillets
Lou Baudillon

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *