Théâtre
« Working girls – Voix des Femmes I », des monologues de femmes à l’honneur au pays violent du patriarcat

« Working girls – Voix des Femmes I », des monologues de femmes à l’honneur au pays violent du patriarcat

15 janvier 2019 | PAR Aurélie Brunet

C’est en décembre dernier au Théâtre de l’Opprimé que nous avons découvert ce projet de la Compagnie de théâtre Michael Batz. Cette création a l’originalité de donner chaire aux mots, résistances et résiliences des prostituées en détresse de la poète Kay Adshead et de la romancière Isabel Allende.

 

Par Aurélie Brunet

« Au-delà de l’oreille existe un son, à l’extrémité du regard un aspect des choses, au bout des doigts un objet – c’est là que je vais. »

Bien que les 2 textes soient liés par leur personnage central, dans chaque cas une prostituée, la prostitution n’est pas le centre du spectacle. Il s’agirait plutôt de suivre un personnage de femme forte en marge de la société.

Le monologue « La dernière petite fille » de Kay Adshead, incarné par Sarah Labrin, est judicieusement adouci par de la musique blues. Dans un jeu d’ombre et protégée de son épais casque de cheveux, Sarah Labrin transmet avec soin la puissance morale comme la sensualité de son personnage tabassé et drogué.

La comédienne Maiko Vuillod, elle, porte le monologue « Maria la Simple » d’Isabel Allende. En un fragment de seconde, ses yeux malicieux se remplissent de défiance. Son sens du rythme et de la légèreté sont appréciés alors qu’elle incarne « la péripatéticienne la plus célèbre du port, celle que les marins attendent toute leur vie ». Dans cette histoire parfois comique, la grande force de son jeu est de conserver sa fraîcheur et sa malice dans la pire des situations. Sans que cela ne paraisse étrange. L’artiste joue d’ailleurs ce soir-là aux spectateurs un tour qu’ils n’oublieront pas.

Des textes précieux incarnés par toutes les femmes

2 comédiennes pour 2 monologues. A l’arrivée 2 prestations très personnelles sur scène et d’essence différentes, qui font vivre avec justesse les émotions fortes de ces femmes martyres.

Un choix assumé par le metteur-en-scène qui met en avant la grande souplesse de son projet qui s’échelonne sur le long terme. Faire jouer différentes comédiennes permet d’apporter chaque soir un éclairage nouveau sur ces textes uniques.

« Ce qui est fascinant c’est que ces auteurs d’origines très différentes ont pris comme porte parole cette figure marginalisée qui est la prostituée et qu’ils traitent leurs sujets de société à travers de ces femmes. Comme dans Shakespeare, « l’outsider » permet une approche plus directe et plus objective pour raconter la dure vérité », explique le metteur-en-scène Michael Batz.

Pour les 2 prochains volets du spectacle, plusieurs textes sont en-cours d’écriture sur les thématiques des fantasmes et du travail des femmes dans les supermarchés.

Mise en scène : Michael Batz

Avec les comédiennes : Maiko Vuillod et Sarah Labrin

Création Lumière : Romuald Lesné

Création décor : Isabelle Colchen

Crédit photo : Philippe Gauthier

À partir de 12 ans

Durée : 1h10

La pièce « Working girls – Voix des femmes I » se jouera le 31 mars 2019 au Theater im Depot à Dortmund en Allemagne pour les Journées Internationales du Théâtre.

Naufragé(s), portrait doux dingue et à deux voix de Gabriel F
La mémoire à fleur de peau de Thomas Lebrun ouvre « Faits D’Hiver »
Aurélie Brunet
Aurélie Brunet est journaliste depuis 2015. Elle explore les arts à Paris pour TouteLaCulture et d'autres médias.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *