Rap / Hip-Hop
Stone Flexance nous invite dans sa « Cabine » (interview)

Stone Flexance nous invite dans sa « Cabine » (interview)

30 avril 2021 | PAR Kevin Sonsa-Kini

Jeune rappeur originaire de Trappes dans les Yvelines, Stone Flexance, de son vrai nom Givel Navangi, est considéré par ses admirateurs comme la nouvelle étoile montante du rap français. Depuis son arrivée au sein du label Jaiye Music Group en 2020, Stone Flexance enchaîne les projets comme « 1 minute dans le viano » et « La Cabine Vol.1 », une série de freestyles d’1m30 filmés dans la cabine de son studio d’enregistrement. Le rappeur s’apprête également à sortir un nouveau clip « TBC #2 » (Travail Boulot Charbon) pour le 15 mai. Toute la culture a rencontré l’artiste dans les locaux Jaiye Music Group à Montreuil en Seine-Saint-Denis. 

Toute la culture : Vous avez écrit vos premiers textes à 14 ans. A cet âge-là, vous étiez déjà sûr de percer dans la musique, du moins dans le rap ? 

Stone Flexance : Franchement pas du tout ! En vrai, c’était plus un délire de jeune. J’avais des amis qui faisaient de la musique. Je n’aurais jamais imaginé continuer sur cette voie-là pendant longtemps. 

Quels étaient les artistes qui vous faisaient vibrer à l’époque ? 

Des artistes qu’on écoutait à peu près tous comme Booba, La Fouine qui est originaire de chez moi à Trappes. Il y avait aussi Youssoupha etc… J’écoutais un peu de tout que ce soient des Français, mais aussi beaucoup d’Américains. J’étais un grand fan de Tupac et même de Dr Dre

C’est d’ailleurs avec La Fouine que vous avez collaboré pour le projet « CDCC » en 2017. Comment vous a t-il repéré ? 

Avec La Fouine, on se connaissait déjà un peu vu qu’on est de la même ville. Mais on se connaissait sans se connaître. C’est-à-dire que nous ne nous étions jamais vraiment abordés. Quelqu’un lui a fait du bouche-à-oreille par rapport à ce que je faisais C’est là qu’il m’a proposé de collaborer avec lui. 

Est-ce que le fait de collaborer avec cette pointure du rap français vous a servi de tremplin ? 

Oui bien sûr ! C’est un artiste que j’écoutais quand j’étais jeune. Et le jour où il vous appelle pour un featuring, c’est sûr que c’est un grand tremplin ! 

Depuis votre arrivée chez Jaiye Music Group en 2020, vous avez signé deux projets dont : « Une minute dans le viano Vol.1 », puis les titres « Ça Flex » et « TT ». Quels ont été les retours sur ces premiers projets avec Jaiye ? 

Ce qui est bien avec Jaiye, c’est que tout était professionnel dès le début. Que ce soit dans la promo, le visuel, l’enregistrement, la qualité. Ce sont les retours que j’ai eus. 

« Avec « La Cabine », je voulais que les gens voient comment j’ai évolué musicalement » (Stone Flexance)

Vous avez sorti au début de l’année « La Cabine Vol.1 ». Quel est ce concept ? 

« La Cabine », c’est la continuité de ce que je faisais déjà mais en un peu plus professionnel. Je voulais montrer aux gens comment ça se passe lorsque j’enregistre en studio. Je voulais qu’ils voient aussi comment j’ai évolué musicalement. 

Musicalement, vous estimez avoir évolué en un an ? 

Oui je pense. Mais moi-même je ne fais pas trop attention à ça. Je travaille sans cesse au studio. C’est comme un footballeur, plus il s’entraîne, plus il est meilleur. Moi avec la musique, c’est pareil. 

Un deuxième volet de « La Cabine » est déjà dans les tuyaux ? 

Ce sera une surprise ! En tout cas, il y aura d’autres « cabine » qui vont sortir. Pour l’instant, on reste concentré sur le volume 1. Si les retours sont positifs, on pourra pourquoi pas faire un volume 2. 

Vous sortez le 15 mai le clip « TBC#2 » qui succèdera à « TBC#1 ». Comment s’est passé le tournage du second clip ? 

C’était une grosse journée de tournage avec toute l’équipe. Pour le coup, « TBC », c’est différent de « La Cabine ». Ce sont vraiment des clips où se prend un peu plus la tête. On n’est pas là pour jouer ! Mais j’ai hâte de balancer ça. 

Quels sont les artistes avec qui vous aimeriez collaborer pour vos futures chansons ? 

Je suis quelqu’un qui fonctionne au feeling. Il y a énormément d’artistes que j’écoute. Je suis même en contact avec certains que j’appelle de temps en temps. J’aimerais bien faire un morceau avec Franglish avec qui je m’entends bien et dont je suis assez proche. Avec Ninho, ce serait un putain de challenge ! Je serais surtout ravi de collaborer avec Niro. Je pense que ce serait un bon délire ! 

Un dernier mot pour les personnes qui vous suivent ? 

Restez connectés. On va continuer à envoyer du sale ! 

Visuels : Jaiye Music Group. 

Agenda du weekend du 1er au 2 mai
Suzuya : « Je cherche toujours à être le plus sincère possible dans mes chansons »
Kevin Sonsa-Kini

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture