Pop / Rock
[Live report] Les Moriarty présentent leur nouvel album, fugitive, à la Maison de la Poésie

[Live report] Les Moriarty présentent leur nouvel album, fugitive, à la Maison de la Poésie

11 octobre 2013 | PAR Yaël Hirsch

Ambiance détendue et festive ce jeudi 10 octobre à la Maison de la Poésie. En attendant la sortie imminente du nouvel album des Moriarty, Fugitive, prévue pour lundi prochain, le groupe donnait une petite heure d’aperçu des titres de ce nouvel opus qui part avec succès et toujours beaucoup de mélodie à la recherche d’un répertoire folk original.

[rating=5]

Alors qu’on avait adoré Rosemary Standley dans ces multiples projets solos (dont The Lightnin et Birds on Wire), la chanteuse a retrouvé ses boys aux instruments fous et a adjoint son papa Wayne au projet du nouvel album « Fugitive » qui, comme le dernier opus est produit par le groupe The Missing room (2011) est produit par la maison du groupe : Air Rytmo. Ceux qui nous ont été révélés par le fameux air de « Jimmy » et de manière générale pour les petits bruits fous et la voix divine de Rosemary dans Gee Whiz But This Is a Lonesome Town n’ont pas déçu leurs fans. Avec une dizaine de titres alléchants mettant en scène harmonicas, xylophones et autres instruments étranges, ils ont revu à leur sauce authentique de vieilles chansons folks d' »avant Dylan » et signées Woody Guthrie, Hank Williams, Mississippi John Hurt, ou Blind Willie Mc Tell… Des titres qui parlent de gamblers, de ramblers, de Buffalos et de petites filles tristes. Généreux et toujours aussi talentueux, les Moriarty nous ont ébloui dans ce showcase modeste et concentré où la star était bien le père de Rosemary avec son look de cow-boy et son harmonica pour un duo sur « Pretty Boy Floyd » de Woody Guthrie. Epanouie dans sa robe moutarde la chanteuse s’en est donnée à cœur joie, tandis que le fils du guitariste braillait en écho dans la salle. Nous expliquant qu’il changeait beaucoup d’instrument pour se retrouver à chaque fois vierge, ce dernier grattait sa guitare bien souvent à genoux… Les Moriarty, c’est une certaine idée à la fois rétro et entière de la musique, du populaire enraciné dans du talent brut. Le nouvel album culmine avec la sublime chanson en Français « Belle », qui rappelle qu’au fin fond de la Louisiane, on parlait français!

Les Moriarty se produisent mercredi 16 octobre à la Cigale, dans le Cadre du Mama Festival. Ne les manquez pas.

Le Design Tour 2013
Arden, de Frédéric Verger, la Mitteleuropa en mode gants blancs et opérette
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *