Musique

Brisa ROCHE Ndidi ONUKWULU et Rosemary STANDLEY (Moriarty) s’unissent dans The Lightnin 3 et sont mercredi 31 octobre sur la scène du Café de la danse

29 octobre 2012 | PAR Yaël Hirsch

La chanteuse pop à la voix acidulée, la canadienne éclectique venue du jazz et la chanteuse du groupe Moriarty se sont unies pour porter un album qui revient aux racines du Rythm’n Blues. Le groupe s’appelle The Lghtnin 3, le CD « Morning, noon and night » (IDOL/PIAS) est sorti ce 29 octobre, elles ont brillé ce week-end au Mama Festival, avant de grimper, mercredi 31 octobre sur la chaleureuse scène du Café de la danse.

Elles ne s’étaient jamais rencontrées… jusqu’à ce qu’un ancien éditeur commun les mette en relation. Pour Brisa ROCHE Ndidi ONUKWULU et Rosemary STANDLEY, l’envie de travailler ensemble a été une évidence. Les trois divas peuvent ainsi pousser leurs voix de rossignol à la limite de leurs puissances magiques dans un album placé sous le signe du rétro.

Parmi les quatre premiers titres « Air Chance » embarque le public sur un bruit de fond d’atterrissage à Berlin. Puis « Casanova » sous-titré malicieusement « Your playing is over » énonce dans un style jazzy funky qui rappelle à la fois la Motown et le répertoire déjà rétro de Lauryn Hill une rupture amoureuse sur le mode de « You must stop »! Le lead de la sublime Brisa Roché est divinement soutenu par le chœur irrésistible des deux autres chanteuses.

Un soupçon plus rock, et définitivement enlevé, show me dévoile toute la profondeur de la voix bluesy de Ndidi Onukwulu. Enfin, menée par Rosemary et son timbre si particulier, « Bette Davis Eyes » traîne un peu son mascara langoureux de pin-up le long des îles paradisiaques. Toujours avec la voix si sexy grave de Ndidi Onukwulu, »Cherry Bomb » est très très hot… Mais ce n’est rien à côté du très pom pom girl « Safety dance », puis du très énergique et féministe « I want your sex » mené par Brisa Roché. Plus expé, « The light is puring out of me hésite » entre spiritual et rythme des îles. Puis, jazzy groovy et nostalgique, « Thirteen » revient sur une adolescence rose bonbon et le désir de liberté qui l’accompagne.A la limite du Bluegrass « I am not like everybody else » tente de suivre le rythme si personnel et si frénétique de Rosemary.

Bluesy et grave « You are no Good » fait penser au tube d’une certaine Amy Winheouse mais en version encore plus rétro, trombonne à l’appui. Plus pop et acidulé « Love and communication » est une déclaration d’indépendance musclée…

Attention, ne pas chercher de philosophie dans les paroles des trois ladies, mais juste se laisser porter par leurs timbres complémentaires, leurs chœurs d’anges et des rythmes aussi sucrés que rétro. Bref, l’idéal pour une soirée entre filles au cœur de l’hiver. A suivre en live dès mercredi soir au Café de la danse.

Crédit Photo : Ami Barwell

Infos pratiques

Des hommes et des Dieux au Petit Palais
Les Serments indiscrets, un Marivaux vif et élégant par Christophe Rauck
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *