Musique
[Live report] Major Lazer à l’Olympia (festival des Inrocks)

[Live report] Major Lazer à l’Olympia (festival des Inrocks)

07 novembre 2013 | PAR Juliette Hebbinckuys

festival-inrocks-20136 novembre : c’est le début des réjouissances ! En effet, c’est ce soir que débutait le prestigieux festival des Inrocks, dont la programmation alléchante devrait réjouir les aficionados de musiques diverses et variées, à Paris comme en province… Au programme : Suuns, Austra, These New Puritains, Temples, Valerie June, Laura Mvula, et bien d’autres ! Et quoi de mieux pour commencer que l’électro percutant de Major Lazer pour secouer l’Olympia ?

Ils avaient triomphé à Rock en Seine il y a trois mois sur la scène de la Cascade, et les voilà de retour à Paris dans un Olympia plein à craquer. Les murs tremblent, le public est survolté, et le mot d’ordre est clair : on va devoir bouger ! Les trois djs de Major Lazer s’en donnent à cœur joie, et communiquent sans cesse avec la foule. Il faut sauter, danser, crier, enlever son haut… C’est à se demander si on ressortira indemne de cette cage aux lions. Les rythmes groovy-électro-hip hop du chef d’orchestre Diplo et sa bande s’enchaînent, et on retrouve avec plaisir le titre « Watch out for this » de leur dernier album Free the Universe, qui avec son sample étourdissant, achève définitivement l’état de santé mental des fans.

Les danseuses, en petit shorty, ne sont pas d’une sensualité extrême, mais participent à cette envie du groupe d’offrir au public un grand spectacle. Jets de sifflet dans la foule, confettis à tout va, passage de Walshy Fire dans la fosse avec un slam enfermé dans un énorme ballon, tout est calculé pour que la pression monte et que la chaleur augmente, indéniablement. L’Olympia se transforme en véritable dancefloor, les corps moites s’agitent sur le mix des sons reggae/électro, et les jeunes filles en fleur montent s’exhiber sur scène, pour le plus grand plaisir du leader.

Si à Rock en Seine, Major Lazer avait fait la surprise d’inviter Stromae pour un « Papaoutai » enflammé, il n’était malheureusement pas de la partie pour ce concert. Qu’a cela ne tienne, les fans peuvent se consoler car très vite apparaît la chanteuse Amber Coffman, interprète de « Get Free », qui reprend avec le public « Look at me, I just can’t believe, what they’ve done to me, we could never get free ». Et comme deux guests valent mieux qu’un, c’est au tour d’Ezra Koenig de Vampire Weekend de monter sur scène pour chanter « Jessica ». Malgré quelques problèmes de micro qui gâchent un peu le début de la chanson, sa présence et son charisme nous font vite oublier la technique pour se concentrer sur le principal : le plaisir !

Après une petite heure de concert, passée comme dans un souffle, c’est déjà la fin. Malheureusement, il n’y a aucun rappel et le retour à la réalité est un peu brutal. Pourtant, on se console bien vite : le festival des Inrocks ne fait que commencer et les réjouissances continuent dès demain ! Au programme, Petite Noir et bien sur Austra à la Cigale, mais aussi Portland et Swim Deep à la Boule noire (entre autres), avant d’autres festivités tout au long de la semaine.

Visuels : (c) affiche du festival

[Billet Sponsorisé] Carrefour développe ses propres bibliothèques à emporter avec les Nolimbook
Les damnés de la terre, une expérience visuelle de la violence coloniale au Tarmac
Juliette Hebbinckuys

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *