Rap / Hip-Hop

[Live report] Travis Scott enflamme le Cabaret Sauvage

[Live report] Travis Scott enflamme le Cabaret Sauvage

09 juillet 2015 | PAR Flora Vandenesch

Une fièvre sauvage s’est emparée du Cabaret mercredi soir. Le concert affiche complet et dès 20h une foule compacte attend Travis Scott. C’est l’une des ses toutes premières dates à Paris. Invité par le Black Summer Festival, qui fait une belle place cet été aux musiques noires Funk, Soul, Reggae, Afrobeat, Blues et Hip-Hop, le jeune producteur et rappeur américain justifie la réputation qui le précède, livrant sur scène une performance exaltée.

L’ambiance est électrique dans la salle. Pas de première partie avant le concert de Travis Scott, mais la température commence à monter aux rythmes des tubes de Kanye West ou Chris Brown qui font danser la foule par vagues devant la scène vide. A 21h30, le Cabaret Sauvage est plein à craquer. Le DJ arrive enfin, balance quelques tubes et annonce le jeune prodige de 23 ans. Un grand mouvement de foule et des cris accueillent son entrée. Travis Scott est là, face à nous, droit, le visage levé, il dégage une force impérieuse. Défiant le monde, ardent et plein de rage, il est aussi d’une grande générosité sur scène, en contact direct avec le public. En s’adressant à nous, il lâche cette injonction : « If you’re not here to dance and sweat, get off! ». Dans l’air dense, nombreux sont ceux qui reprennent les refrains connus par coeur, hurlent, dansent, sautent et réagissent au quart de tour à chaque exhortation du MC. Sur le morceau Mamacita, Travis Scott alias la Flame retire son couvre-chef, s’accroche à une enceinte, soutenu par son garde du corps, se dressant debout au dessus du public.

« If you ready to loose your mind, hands up! » Déchainé, il va de tous les cotés de la scène, se jette dans la foule et bientôt se retrouve en caleçon blanc, torse nu. Entièrement emporté par sa musique, Travis Scott enchaîne les morceaux, assénant sa verve acérée au flow entrainant. Il donne tant qu’on en est étourdi. La chaleur est étouffante et l’effervescence palpable dans la salle, on lâche prise, il y a quelque chose de jouissif dans l’abandon des convenances qui règne ici. Et cela change des shows millimétrés des rappeurs venus tout droit des US faire leur tournée en Europe, sans âme, sans émotions. Seul bémol, les effets de « reverb » sur la voix du rappeur et les sons saturés, trop poussés, masquent son timbre. On a parfois l’impression que la performance domine le concert, que le show l’emporte sur la musique.

Originaire de Houston au Texas, Travis Scott, de son vrai nom Jacques Webster est signé chez les labels Grand Hustle, Epic et comme producteur chez GOOD Music, le label de Kanye West, depuis 2009. À l’age de 16 ans, il commence à composer des morceaux. Il forme le duo The Graduates avec son ami Christopher Jones. En 2009, ils sortent un EP sur Myspace. En 2010, Travis Scott forme le duo The Classmates avec OG CHE$$. Ils sortent ensemble les projets Buddy Rich et Cruis’n USA en 2011. Travis Scott produit tous les morceaux. Jeune protégé de Kanye West, grâce à son aide, il développe son premier EP solo, Owl Pharaoh, qui sort en mai 2013, il est ensuite signé sur son label. Malgré sa jeune carrière, Travis Scott a déjà collaboré avec des artistes tels que Meek Mill, Push Migos, Audio, John Legend, Ty Dolla $ign, Fredo Santana, Tinashe, Big Sean, Rick Ross, Birdman, Diddy, Trinité- James, 2 Chainz, Young Dro, Trae Tha Truth, Chuck Inglish, Hit- Boy, Pusha T et Major Lazer.

Visuel : Affiche du concert

Le Black Summer Festival, du 02 au 26 juillet 2015, quinzième édition du Festival d’été du Cabaret Sauvage.

[Festival d’Avignon] Les Idiots, un spectacle crétin
« Chroniques en Thalys », d’Alex Vizorek
Flora Vandenesch

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *