Musique

Les multiples facettes de la saison de la Philharmonie de Paris

Les multiples facettes de la saison de la Philharmonie de Paris

30 mars 2019 | PAR Paul Fourier

L’institution de la Porte de Pantin a sorti sa saison 2019-2020. Étincelante !

Il est des programmes dont on ne sait pas par quel bout les prendre tant ils sont riches. La Philharmonie confirme sa place prépondérante dans le paysage musical parisien. Qui s’en plaindra ?

Petit tour d’horizon très peu exhaustif :

Du Beethoven à gogo.
Le compositeur est né il y a 250 ans ; belle occasion de le fêter dans les grandes largeurs :
On trouvera à son service Daniel Barenboim (pour les sonates), Yannick-Nezet-Seguin (pour l’intégrale des symphonies), Riccardo Chailly, Simon Rattle (qui mettra Beethoven et Berg en perspective) et bien d’autres.
Les quatuors seront donnés en intégrale du 9 au 19 janvier.
Simone Young dirigera le seul opéra du maître (Fidelio avec Elza Van den Heever et Simon O’Neill). Quant aux concertos et sonates, ils seront exécutés par de nombreuses mains talentueuses (Pletnev, Lang-Lang, Buchbinder, Colli, Angelich, Buniatishvili, Schiff, …).

Des cheffes et chefs prometteurs ou prestigieux, des orchestres internationaux.
Notons, en préambule, que l’Orchestre de Paris, désormais lié à la Philharmonie par un lien étroit (et dont la saison a déjà été présentée dans nos colonnes), assurera le concert d’ouverture et sera, ce soir-là, dirigé par une femme à savoir la cheffe d’origine gréco-russe, Karina Canellakis. Grace à Claire Gibault, le premier concours international de jeunes cheffes d’orchestre se déroulera dans les murs lors d’un week-end « elles ».
Suivront Alain Altinoglu, Herbert Blomstedt, Riccardo Chailly, Teodor Currentzis, Christoph Von Dohnanyi, Gustavo Dudamel, Christoph Eschenbach, Daniel Harding, Mariss Jansons, Paavo Jarvi, Philippe Jordan, Susanna Malkki, Antonio Pappano, François-Xavier Roth, Daniele Rustioni, Esa-Pekka-Salonen, Jukka-Pekka Saraste, Jordi Savall, Tugan Sokhiev, Zubin Mehta, …
Parmi les formations orchestrales, on y trouvera la plupart de celles qui brillent sur les scène internationales à savoir le London Symphony Orchestra, le Wiener Symphoniker, la Malher Chamber orchestra, le West-Eastern Diwan orchestra, le Royal Concertgebouw orchestra, le Chicago Symphony orchestra, le Muncher Philharmoniker, le San Francisco Symphony  …

Des solistes virtuoses.
Là aussi, il est difficile de les citer tous : Yuja Wang, Gautier et Renaud Capuçon, Hélène Grimaud, Pierre-Laurent Aimard, Martha Arguerich, Khatia Buniatishvili, Nelson Freire, Katia et Marielle Labeque, Murray Perrahia, Evgeny Kissin, Dmitry Masleev, etc.

Russie encore, Russie toujours …
D’un côté, Valery Gergiev dirigera cinq concerts dont deux opéras avec le Mariinsky (Iolanta de tchaikovsky et Parsifal).
Et le chef Tugan Sokhiev dirigera l’orchestre et le choeur de l’autre grande maison russe, le Bolchoï, pour donner toutes leurs lettres de noblesse au Mazeppa de Tchaïkovski et au Ivan le terrible (cette fois ci de Prokofiev après celui de Rimsky-Korsakov donné le 16 mars dernier, lire ici) .
Quant à Semyon Bychkov, il s’attaquera à l’intégrale des symphonies et concertos de Tchaïkovski.

Du lyrique d’exception.
De nombreuses étoiles viendront briller sur la scène de la Philharmonie l’an prochain : Cecilia Bartoli (déjà présente cette saison (lire ici)), Jonas Kaufmann, Natalie Dessay, Juan Diego Florez, Rolando Villazon, Camilla Nylund, Javier Camarena, Sabine Devieilhe, Matthias Goerne, Barbara Hannigan, Max Emanuel Cencic, Diana Damrau, Elsa Dreisig, Stéphanie d’Oustrac, Nahuel di Pierro, Stéphane Degout, Jakub Josef Orlinski, Gaelle Arquez, Lisette Oropesa, Simon Keenlyside, …
Outre les opéras déjà cités, on aura une nouvelle occasion (après celle de février dernier) d’entendre la Damnation de Faust de Berlioz (cette fois avec Jean-François Borras, Karine Deshayes, Ludovic Tezier) et Salomé de Strauss avec Camilla Nylund et Matthias Goerne.

Du rock, de la pop, de la chanson française …
Dans la continuité de l’exposition Velvet Underground de 2016, John Cale, ex-membre du groupe, sera en concert du 23 au 25 septembre.
Catherine Ringer viendra interpréter les Rita Mitsouko en septembre et Etienne Daho, son album de 1996, Eden.

Deux week-end célèbreront l’Afrique en janvier et mai-juin avec, notamment, Rokia Traoré, Angelique Kidjo et la chorégraphe Robyn Orlin.

Et plein d’autres choses…
Georges Benjamin, Alexandre Tharaud, Steve Reich et Gerhard Richter, Max Richter, Pierre Henry, Philip Glass, du jazz en septembre, des week-ends consacrés à Chaplin, à Picasso, à Kurt Weill et Bertolt Brecht et même un plein de frissons en mai, une nuit blanche bien fournie le 5 octobre, des symphonies de Mahler, de Brahms, de Chostakovitch, de Bruckner et de Schubert, une relecture des albums de Björk, le messie de Haendel, un hommage au grand poète palestinien, Mahmoud Darwich, le chorégraphe Saburo Teshigawara …

Enfin, profitons-en pour rappeler que la Philharmonie de Paris continue son programme Demos qui permet de rendre accessible la musique aux enfants vivant dans les quartiers populaires des villes ou des zones rurales concentrant des difficultés sociales.

Le programme complet est ici.

Les abonnements peuvent être faits en ligne et les places à l’unité seront en vente le 6 mai. 

 

Visuel : ©cc-Attribution 2.0 Generic

« Réflexions et souvenirs » de Rachmaninov : Itinéraire d’un grand compositeur
“Le vent de la liberté” : le récit superficiel d’un passage à l’ouest
Paul Fourier

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *