Essais

« Réflexions et souvenirs » de Rachmaninov : Itinéraire d’un grand compositeur

« Réflexions et souvenirs » de Rachmaninov : Itinéraire d’un grand compositeur

30 mars 2019 | PAR Julien Coquet

Buchet Chastel rassemble une vingtaine de textes du compositeur russe, permettant de mieux connaître la vision artistique du compositeur, pianiste et chef d’orchestre.

La conclusion est plus que surprenante : dans un texte de 1943, année de sa mort, Rachmaninov s’interroge sur l’œuvre qu’il a construite. Grand compositeur, formidable pianiste et chef d’orchestre, celui-ci se demande si, après avoir couru trois lièvres à la fois, il en a seulement attrapé un… Rassurons-le, lorsque que l’on regarde les disques consacrés au compositeur et les enregistrements qu’il a laissés, Rachmaninov fait partie des grands. Pris dès ses débuts sous l’aile de Tchaïkovski, Rachmaninov insistera tout au long de sa vie sur ses doutes quant à la musique moderne (« à mon avis, l’Europe souffre d’une sorte de cacophonie virale que représentent les œuvres des ultra-contemporains »), sur les qualités du disque et sur l’importance de la technique dans la pratique pianistique pour arriver à une véritable interprétation.

Parus entre 1910 et 1943 en russe ou en anglais, les textes réunis ici, inédits en France, ne sont certes pas d’une grande qualité stylistique, mais dévoilent les grandes questions que se posait Rachmaninov. De ses débuts de compositeurs à ses premiers succès (dont le fameux Prélude en do dièse mineur, succès qu’il a d’ailleurs du mal à expliquer), de son départ de son pays natal après la Révolution russe à l’arrivée du disque, Rachmaninov évoque les grandes étapes de sa carrière.

« Comprenez, je n’ai jamais écrit de musique « à des fins commerciales ». Composer, c’est un rituel sacré, un processus dans lequel se créent de nouvelles idées musicales que l’on va ensuite habiller de belles sonorités. Je ne peux pas écrire des pièces « de moyenne difficulté », je ne sais pas comment on fait ça. Ce n’est pas comme un tailleur qui recoupe un habit à la taille d’un enfant. On ne peut pas retailler de la musique avec des ciseaux ; l’inspiration est un phénomène trop sérieux et trop noble pour la traiter de cette façon. »

Réflexions et souvenirs, Serguei Rachmaninov, Buchet Chastel, 192 pages, 14 euros

Beethoven et van Dijk fondamentaux par le Quatuor Signum au Printemps des Arts
Les multiples facettes de la saison de la Philharmonie de Paris
Julien Coquet

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *