Jazz
Pierre de Bethmann Quartet, au Sunside

Pierre de Bethmann Quartet, au Sunside

05 décembre 2021 | PAR Geraldine Elbaz

Le Sunside présentait les 23 et 24 novembre derniers le Quartet de Pierre de Bethmann (piano, claviers) avec David El Malek (saxophone ténor), Simon Tailleu (contrebasse) et Antoine Paganotti à la batterie. Une soirée lumineuse sous le signe du partage, de l’inspiration et du talent. 

Pierre de Bethmann, un pianiste qui bouscule les codes

Pierre de Bethmann débute le piano à 6 ans. Son grand-père l’initie au jazz, qu’il travaille en autodidacte avant de se perfectionner au Berklee College of Music à Boston en 1989. Diplômé de l’ESCP en 1987, il sera consultant en management pendant 5 ans mais l’appel de la musique sera plus fort.

En 1994 naît le trio Prysm avec lequel il remporte le concours national de jazz de La Défense. Encouragé par Herbie Hancock, il décide alors de se consacrer entièrement à la musique. Ses projets sont désormais axés sur son trio, avec lequel il enregistrera 5 albums, dont 4 sous le label Blue Note ; il se produit également avec d’autres formations et de grands noms du jazz, comme PianoForte.

Leader ou sideman, il est sur tous les fronts et les récompenses tombent : Django d’Or en 1998, Prix Django-Reinhardt en 2004, Victoire du jazz en 2008… Depuis 14 ans, il enseigne et anime des Masterclass. En 2015, il lance son propre label et produit ses créations.

De reprises en compositions, il explore l’univers du jazz et repousse ses limites. Libre, créatif et généreux, Pierre de Bethmann innove et bouscule les codes. Il aime tordre les standards, les réinventer pour nous embarquer dans un univers à la fois expérimental, coloré et incandescent. Et quand il compose, son terrain de jeu semble infini. C’est chatoyant, cérébral, élaboré, inattendu.

Une musique envoûtante, audacieuse et recherchée

Après l’avoir découvert en trio au Sunside avec Tony Rabeson et Sylvain Romano, nous l’écoutons donc cette fois en Quartet avec David El Malek, Simon Tailleu et Antoine Paganotti. Ça swingue, c’est riche, dense, parfois complexe. Mais quelle belle complicité dans ce groupe inspiré ! L’adéquation entre les musiciens semble parfaite. Entre les accords de la main gauche et les exaltations de la main droite au piano, les pizzicati de la contrebasse, les mélodies envoûtantes du saxophone et le rythme entraînant de la batterie : la combinaison de l’ensemble nous apparaît audacieuse et recherchée.

Ainsi, nous découvrons de nouvelles compositions comme ce « faux blues » intitulé Greens, où la main droite du pianiste nous offre d’incroyables envolées lyriques, soulignées majestueusement par la batterie et le saxo. Les titres Steady ou encore Knab, que vous retrouverez sur les albums Ilium et Complexe (Aléa, 2021) nous plongent dans un ailleurs merveilleux, mélodieux, enchanté.

Mais la musique, avant de chercher à la comprendre, il faut la ressentir. Alors, notre conseil serait peut-être de vous inciter à découvrir les derniers albums de Pierre de Bethmann, à les écouter pour laisser vos émotions vous guider. On vous souhaite un beau voyage. 

 

Visuel : (c) GE

Pierre de Bethmann Quartet, au Sunside 

Les 23 & 24 novembre 2021 

Les Trisha babies à la Grande Halle de la Villette
Gagnez 3 x 2 places pour le ciné-concert The Kid – Charlie Chaplin
Geraldine Elbaz
Passionnée de théâtre, de musique et de littérature, cinéphile aussi, Géraldine Elbaz est curieuse, enthousiaste et parfois… critique.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture