Jazz
Pierre de Bethmann Trio, ça swingue au Sunside !

Pierre de Bethmann Trio, ça swingue au Sunside !

14 août 2021 | PAR Geraldine Elbaz

Le pianiste virtuose Pierre de Bethmann et ses musiciens non moins émérites Sylvain Romano à la contrebasse et Tony Rabeson à la batterie ont tout donné au Sunside les 10 et 11 août derniers, dans le cadre du Festival Pianissimo Volume XVI. Des artistes inspirés et généreux, un public sous le charme. Un très beau moment de partage.

Des morceaux revisités avec brio

Vous connaissez le morceau de Monk Think of one ou I can’t help it de Stevie Wonder, qui avait été repris par Michael Jackson ? Le thème de Charlie Parker Anthropology n’a plus de secrets pour vous ? Oui mais… si vous n’avez pas écouté les versions de ces titres repris par le sémillant Pierre de Bethmann et ses prodigieux acolytes, vous risquez de passer à côté d’un univers musical riche où les sonorités sont complètement revues avec des inflexions parfois improbables, des notes altérées, des agencements plus ou moins complexes, des motifs redessinés, bref une musique réinventée.  

 

Pierre de Bethmann n’est pas un pianiste comme les autres. Il aime tordre les morceaux, les déformer, bousculer le tempo et la rythmique, réveiller les notes avec ses variations personnelles. Il remanie à sa façon la tonalité, les harmonies ; il crée des originalités mélodiques. Tel un poète musical, il compose et revisite des standards qu’on retrouvera dans les 4 volumes de ses Essais. 

7 notes, 12 touches par octave, des combinaisons infinies et une créativité sans bornes, Pierre de Bethmann joue sur un terrain musical particulièrement fertile et expérimente les sons : envoûtants dans Amparo (Olha Maria) d’Antonio Carlos Jobim ou Promise of the sun (Herbie Hancock) et dissonants dans Forlane, où la tension est palpable, le discours musical comme haché, avec des harmonies contradictoires…

Une invitation au voyage

À partir d’une musique populaire brésilienne d’Ivan Lins, Começar de novo, il se réapproprie totalement le morceau. Ce petit je ne sais quoi jazzy fait vibrer nos cordes sensibles, nous enrobe de douceur et de beauté, sublime l’instant et nous plonge dans un moment hors du temps. La contrebasse met en relief la rythmique, nous offre un dialogue mélodique avec le piano soutenu par la batterie, délicate et sensible. La main droite du pianiste s’envole, les notes défilent à toute allure, accompagnées magnifiquement par les accords de la main gauche. On est comme arraché à la réalité, happé vers un voyage lointain.

Quelle performance artistique, sous le signe du talent et du bonheur d’être ensemble !

Un trio qui n’a pas fini de nous faire jazzer.

 

 

Visuels : (c) Gildas Bocle

Pierre de Bethmann Trio

Sunside Pianissimo Volume XVI

10 & 11 août 2021

Agenda des sorties culturelles du week-end du 13 août
Deux moments forts de musique de chambre au Festival de Musique de Menton
Geraldine Elbaz
Passionnée de théâtre, de musique et de littérature, cinéphile aussi, Géraldine Elbaz est curieuse, enthousiaste et parfois… critique.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture