Jazz
Ibrahim Maalouf en concert à Bercy : un retour en grande pompe

Ibrahim Maalouf en concert à Bercy : un retour en grande pompe

29 avril 2022 | PAR Orane Auriau

Après deux ans de report en raison du COVID, Ibrahim Maalouf a enfin pu fêter ses quarante ans ce 27 avril à l’AccorHotels Arena avec un concert grandiose, y signant son grand retour depuis celui de 2016. 

Au programme des invités, des surprises et des annonces ; accompagné de l’Orchestre de la Garde républicaine dirigé par François Boulanger, d’un choeur – composé de la Maîtrise de la Cathédrale de Nantes, de la Perverie, de l’Institut Musical de Vendée -, ainsi que d’élèves musiciens. Cette explosion de couleurs et de sonorités ont rendu cet évènement d’au moins 2h30 inoubliable. Ibrahim Maalouf a vu les choses en grand de manière assumée. 

Un concert originellement pensé pour S3NS

En trompettiste, pianiste voire chanteur, Ibrahim Maalouf a revisité son répertoire avec une emphase sur l’album S3NS. D’ailleurs pas que : c’était aussi l’occasion de découvrir ses nouvelles créations car l’eau a coulé depuis sous les ponts, Maalouf ayant agrandi son univers musical – entre autres avec la sortie de 40 Melodies, First Noel, et très récemment Toi et moi en collaboration avec Joyce Jonathan. 

C’est une diversité de sonorités musicales – rocks (avec son acolyte guitariste François Delporte), jazz, en passant par la présence soignée d’un choeur et grandiloquente de la Garde républicaine, ce qui était même original et détonnait au milieu de l’intensité d' »Alice in Wonderland ». On comptait parmi les invités des musiciens cubains comme le prodige du piano Rolando Luna avec « Gebrayel », ou encore la violoniste Yilian Cañizares. Le début est très axé sur son album S3NS et ses sonorités cubaines, d’Amérique du sud, nous faisant même danser sur de la salsa (« Una Rosa Blanca », « Harlem« ). Le concert alterne avec d’autres registres, notamment plus doux – on pense au duo intimiste avec l’incontournable Melody Gardot, « J’attendrai », reprise de Dalida où le public le découvre en chanteur. 

La musique est ici envisagée comme un véritable moment de partage, de communion et de générosité. Maalouf rejoue aussi des titres iconiques sur lesquels il fait chanter le public, “Beirut” et “Red & Black Light”, qu’il semble particulièrement aimer au point de ne jamais l’achever lors de ses représentations. 

Surprises et révélations

Un spectacle empli d’ondes positives, en particulier par le nouveau titre en collaboration avec l’artiste brésilienne Flavia Coelho, qu’ils ont dévoilé ensemble en exclusivité. Le clip devrait sortir début mai. La musique devient une fête alors qu’ils vont au milieu du public, qui saute et danse sur cet air entraînant. Puis les choses deviennent encore plus folles, comme le bouquet final d’un feu d’artifice. Les trompettistes de la Confédération musicale de France viennent entourer la salle le long des balcons pour jouer à l’unisson. Nous sommes finalement pleinement participants de ce spectacle musical. Avec le contagieux « Happy Face », c’est au tour d’élèves musiciens de multiples écoles françaises (notamment du collège d’Amiens) de venir jouer au milieu du public. 

Mais énième surprise, c’est la chanteuse Joyce Jonathan qui est invitée à interpréter leur tout dernier titre, « J’m’en vais pas », dans un dernier moment d’intimité venant conclure ce show : un véritable pari que dans une scène aussi vaste que Bercy.

Un hommage à Odette, sa grand-mère

Ce qui a le plus ému, et qui a bouleversé Ibrahim lui-même – versant quelques larmes, la voix coupée pendant son discours-, c’est l’hommage qu’il a tenu à rendre à sa grand-mère disparue il y a quelques mois à 99 ans, à qui il a dédié le concert et deux titres. « The Last Christmas Eve«  composé pour First Noel, ainsi que « Radio Magallanes« , interprété en deux versions : son point de vue à lui et celui d’Odette. Elle fut une force motrice et créatrice dans sa vie, l’encourageant à faire de celle-ci un « carnaval »- une leçon que nous recevons à notre tour en assistant à ce concert. 

 

En conclusion, ce Bercy nous a véritablement plongés dans la célébration de la musique dans toute sa pureté, sa vibration et son bonheur. Une alchimie s’est véritablement créée entre Maalouf et son public. Le tout résonne encore dans nos têtes après être ressortis de la salle. Mais ne soyez pas déçus, un autre concert à Bercy prévu pour novembre 2023 à l’occasion de son prochain opus « Capacity To Love ». 

 

La captation du concert sera disponible sur France Télévisions très prochainement. 

 

Visuel de couverture : Ibrahim Maalouf à Bercy. © Fabrice Bourdeau

Visuel : © Caroline Bottaro

La Machine Magritte
Andrew Woolfolk membre historique de Earth, Wind and Fire est mort
Orane Auriau

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture