Electro

Les Nuits Sonores 2019, recap’ du festival lyonnais

Les Nuits Sonores 2019, recap’ du festival lyonnais

05 juin 2019 | PAR Lou Baudillon

Cette année encore, les Nuits Sonores lyonnaises ont ébloui du 28 mai au 2 juin par sa superbe line-up électro, ses extras toujours plus festifs et un chaud soleil au rendez-vous.

Faire le lien entre les mondes et les musiques 

Depuis maintenant 17 années, les Nuits Sonores, festival de musiques électroniques en tous genres, fait vibrer la capitale des Gaules par ses rythmes et ses événements. Une programmation variée qui invite l’amateur de musique, l’habitué de la vie nocturne et les artistes à se retrouver autour d’événements de qualité où les formes musicales sont sacrées. Fédérer autour d’un même son, voilà l’objectif des Nuits Sonores.

Pour cela, le festival électro n’a eu aucun tabou à ouvrir ses scènes à des artistes pop : James Blake, Flavien Berger ou encore Charlotte Gainsbourg ont aussi été conviés à proposer des moments où les frontières de la musiques sont questionnées et bousculées. On retrouve pour autant de grands noms de l’électro et de la house avec l’habitué Laurent Garnier, la Dj sud-coréenne Peggy Gou, Bonobo ou The Black Madonna… Ce cru 2019 a également donné part aux influences funk et à la disco européenne sans pour autant oublier les sonorités plus conceptuelles et imaginatives avec des espaces dédiés tout entier à la création. 

Au cœur de la nuit lyonnaise

Toute la ville qui est mobilisée avec près d’une cinquantaine de lieux proposant divers événements durant une semaine. Deux espaces principaux pour les programmations Day et Night sont prit d’assaut : les anciennes usines Fagor-Brandt et la Sucrière. On se retrouve aussi au temple de la nuit lyonnaise le Sucre ou encore dans l’Auditorium de la ville. Concerts ou Dj-sets, le souffle électro a plané tous les jours et toutes les nuits sur la ville. De ses envolées douces et planantes aux rythmes plus violents en passant par l’influence disco 80’s, les musiques du monde, la folk psychédélique et les influences roots.

Pour ceux qui n’ont pas la chance de participer aux événements principaux dont les places disparaissent en un clin d’oeil, Les Nuits offrent 50% du festival à des extras gratuits et participatifs. Des déambulations dans la ville sont permises : de la terrasse du Sucre pour la vue imprenable jusqu’à la piscine sur la Rhône pour vibrer au soleil tout un après-midi et aux ruelles étroites des pentes de la Croix-Rousse où résonnaient des sets festifs. À la nuit tombée, on file sur les péniches et dans les lieux de vie nocturnes pour découvrir de nouveaux artistes jusqu’au petit matin.

Un mot d’ordre : « We are Europe »

Les Nuits Sonores sont aussi un laboratoire de réflexion puisque le festival propose en parallèle de la fête des espaces de communions autour des sujets culturels et politiques. Depuis maintenant 3 ans, le projet We are Europe valorise lors d’évènements musicaux des artistes, de nouveaux médias, des auteurs, des philosophes ou des entrepreneurs qui font émerger de nouvelles pratiques culturelles et des échanges. En parallèle, le European Lab Camp investit les lieux pour proposer un pôle mêlant discussions et réflexions autour de la question culturelle européenne à des sessions musicales innovantes. 

 

 

Visuels : ©affiches officielles 

Du foot qui décoiffe au Nouveau Théâtre de Montreuil
« Je m’appelle Ismaël » la prophétie de Lazare démente et déjantée
Lou Baudillon

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *