Musique

Francofolies de La Rochelle, jour 2 : la hype Aloïse Sauvage, la douceur Charlotte Gainsbourg, la déflagration NTM

Francofolies de La Rochelle, jour 2 : la hype Aloïse Sauvage, la douceur Charlotte Gainsbourg, la déflagration NTM

13 juillet 2018 | PAR Cedric Chaory

Jour 2 pour les Francos qui promettent encore des têtes d’affiche, de l’émergence (Adam Naas, Proses, Foé) et des artistes reconnus mais plus forcément dans la hype (Nicolas Peyrac). Mais ce jeudi 12 juillet c’est Charlotte Gainsbourg et surtout NTM les sensations de la cité maritime.

 La mer qu’on voit chanter

Chaud bouillant pour découvrir les Premières Francos d’Aloïse Sauvage et de Gaël Faure, un mail matinal de Brigitte Batcave, attachée de presse du festival, vient quelque peu bousculer le programme de l’après-midi : « Pour ceux qui sont intéressés RV à 14h45 au Chantier pour  départ ballade en mer ». L’idée d’une parenthèse enchantée au large de La Rochelle, qui plus est en catamaran, est alléchante. Je cède donc à l’appel des sirènes : qui sait ce que l’océan Atlantique a à me chanter ? Et puis Aloïse Sauvage n’est-elle pas programmée ce soir comme « invitée surprise » de la scène hip hop.

Pleine mer : l joue de son doux clapotis, aidée par le souffle du vent pris dans les voiles du bateau. Serait-ce là un des meilleurs concerts des Francos ?

De retour sur terre, en plein balance, ce sont Thérapie Taxi et Aloïse Sauvage, pas encore « aphone à force d’être à fond » qui cueillent de leur croisière les journalistes et photographes. À la cool, les artistes enchaînent selfies et autographes avec les premiers festivaliers présents dans la fosse de la scène Saint Jean D’Acre.

Exquise Charlotte

19h. La Coursive : vernissage de l’exposition des dessins d’Albin de la Simone. Timide, l’artiste prend la parole brièvement pour présenter ce qu’il appelle ses « cartes postales de tournée ». Quelques mètres plus loin se masse déjà le public de Charlotte Gainsbourg. Auréolée d’une victoire de la musique dans la catégorie chanteuse féminine de l’année en février dernier pour son album unanimement salué Rest, Charlotte est une des sensations de la journée.

Son concert, placé sous le signe des disparus, est une totale réussite. Sur cette tournée, l’auteure-interprète lâche enfin la bride. À sa manière. Toute en pudeur, n’osant jamais fouler le proscénium, se retranchant derrière son piano ou des tubes fluorescents donnant à la scène quelque chose de théâtral. Elle nous dit que « C’est différent ce soir, car vous êtes tous assis … » Et ni Paradisco, ni Deadly Valentine remixé à la sauce clubbing ne feront lever un public très sage. Assis. Bien au frais dans une salle climatisée. Et ce n’est pas la poignante séquence Kate / Charlotte for Ever où l’artiste chante ses morts qui animera l’auditoire, incroyablement à l’écoute à ce moment. Non, c’est au rappel qu’il se lèvera comme un seul homme, reprenant instantanément les paroles du cultissime Lemon Incest. Charlotte Gainsbourg touche là la corde sensible. Standing ovation.

La bombe NTM

Changement d’ambiance sur la scène Jean-Louis Foulquier : Thérapie Taxi et ses hit sales, Roméo Elvis tout en Lacoste vêtu, Aloïse Sauvage, rappeuse à suivre et danseuse émérite et Damso (accueilli par le public comme un prince) ont chauffé un public venu applaudir les rois du rap français : NTM.

Vers 23h Kool Shen et JoeyStarr investissent la scène rochelaise, 22 ans après leur dernier passage, et c’est comme une déflagration qui ravage le Vieux-Port de La Rochelle transformant le concert est une expérience physique intense pour peu que vous soyez dans la fosse pleine à craquer. Les deux quinquas, bêtes de scène que l’on sait, enchaînent énergiquement les titres, donnant la fièvre comme jamais, sans avoir d’ailleurs entonné le titre emblématique du groupe. Concert épique et qui a le mérite de remettre les pendules à l’heure : les patrons ce sont eux et pas les princes chantres de l’auto-tune. En parlant d’heure, je suis rincé. Rideau.

visuels :  (c) Olivier Drilhon sauf  photo du service de presse des Francos libre de droits pour Charlotte Gainsbourg (c) Collier Schorr

 

Avec « Phasmes », Fanny Soriano nous embarque dans sa jungle jubilatoire aux Hivernales d’Avignon
Les Suds à Arles : Xylouris White, Alba Molina, Aman Doktor et Altin Gün réconcilient les rives de la Méditerranée
Cedric Chaory

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *