A l'affiche
Les « Passagers de la nuit » de Mikhaël Hers : voyage sentimental dans le Paris des années 1980

Les « Passagers de la nuit » de Mikhaël Hers : voyage sentimental dans le Paris des années 1980

03 mai 2022 | PAR Julia Wahl

Après Amanda et Ce sentiment de l’été, sort demain sur nos écrans le nouveau film de Mikhaël Hers (voir notre interview ici) Les Passagers de la nuit. Un film sensible et attachant avec une Noée Abita plus touchante que jamais.

Des « passagères » de la nuit

10 mai 1981 : les klaxons résonnent et les roses passent de main en main. Au milieu de cette effervescence, le visage de Talulah (Noée Abita), un sac de couchage sur le dos, qui cherche dans les méandres des lignes de métro un chemin. 

Dans les tours de Beaugrenelle, les larmes de Elisabeth (Charlotte Gainsbourg), que son mari vient de quitter. Pour la première fois de sa vie, elle va devoir chercher un emploi. 

Les « passagers de la nuit », ce sont donc avant tout des passagères : ces deux femmes perdues, la première ne sachant comment commencer sa vie, la seconde comment la continuer. 

Mais c’est aussi le titre d’une émission de radio nocturne. Les insomniaques et noctambules y partagent leurs doutes, guidés par la voix de Vanda, jouée par une Emmanuelle Béart dure et sensible. C’est au creux de sa voix qu’Élisabeth trouve le réconfort. Armée de tout son courage, elle va frapper à la porte de la radio pour y poser sa candidature et devient l’assistante de Vanda. C’est là qu’elle rencontre Talulah, jeune femme sans domicile de tout juste dix-huit ans.

Des femmes fortes

Le film nous présente donc avant tout des personnages féminins entiers et profonds, pleins de l’ambiguïté qui fonde l’humanité. Derrière la douce voix de Charlotte Gainsbourg, qui semble énoncer chaque phrase en un léger souffle prêt à se briser, se cache en réalité une femme déterminée, qui fait de son rêve une réalité tout en partageant avec ses enfants et sa jeune protégée Talulah les rires et joies de la vie. 

Le personnage de Talulah porte sur le visage son ambiguïté : quand le fils adolescent d’Élisabeth est fasciné par son fard très prononcé et ses mini-shorts, symboles de la liberté dont il rêve, les adultes perçoivent en elle une jeune fille perdue et désemparée. Or, et c’est là l’intérêt du personnage, le cours du film donnera autant raison aux un.e.s et aux autres. Son visage tour à tour inquiet et plein de sourires, la voix fluette avec laquelle elle marque son indépendance font de la jeune fille un personnage riche en subtilité. Le jeu de Noée Abita, d’une grande finesse, participe de cette ambivalence. 

La saga des années Mitterrand ?

Le film se déroule sur sept ans, nous conduisant d’une élection de Mitterrand à l’autre. Pour autant, si ces deux événements scandent clairement le film, l’arrière-plan politique est très ténu, porté seulement par la fille aînée d’Élisabeth, qui s’engage en 1981 au Parti socialiste. De fait, on passe davantage d’une date à l’autre que l’on ne vit sur ces années.

Cette scansion sert surtout de marqueur temporel et sentimental : il s’agit de se replonger dans des années pas si lointaines,  où les plans de métros s’allumaient dans la nuit et la radio n’avait pas encore été détrônée par les podcasts. Cette résurrection s’accompagne d’images d’archives et de plans en 35 mm qui glissent dans le film avec grâce. Pour autant, nulle nostalgie ici : simplement la redécouverte, à travers ces personnages féminins, d’un Paris encore tout proche.

 

Visuel : affiche du film

Mikhaël Hers : « J’avais certainement envie de visiter une autre époque »
Rencontre avec Nathalie Béreau, galeriste nomade
Julia Wahl
Professeure de lettres durant dix ans, chargée de production de diverses compagnies de danse ou de théâtre, chargée d'action culturelle et des relations publiques... Tout ce qui a trait à la promotion de la culture et au développement de ses publics me passionne. Parce que l'on ne peut voir un spectacle sans vouloir transmettre ses émotions, je chronique régulièrement le cinéma, le théâtre et la politique culturelle pour Toute la Culture.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture