Musique

James Blake « Assume Form » : la beauté et le spleen de ce nouvel album méritent une attention particulière.

James Blake « Assume Form » : la beauté et le spleen de ce nouvel album méritent une attention particulière.

12 février 2019 | PAR Jean-Christophe Mary

C’est avec un plaisir extrême que l’on apprend le retour de James Blake auteur ce « Assum Form »  à l’avenir très prometteur.

Après « The Color In Anything » paru en 2016, le jeune soulman blanc s’attaque une fois encore aux fondamentaux du R&B et de la pop. Sur ce nouvel album, à l’instar d’artistes comme Bon Iver, Iron & Wine ou The Week End, le londonien donne à la soul blanche cette dimension qui n’a pas à rougir des grands noms de la soul music, les D’Angelo, Stevie Wonder et autres Sam Cook. Né en 1988, James Blake Litherland, Blake a grandi dans une famille de musiciens. Après une formation en piano classique, il s’est progressivement tourné vers la musique electro pour construire un univers à part y incluant les éléments rythmiques minimaux du dubstep. Au fil de ces trois précédents albums, son style singulier s’est affirmé autour de sa voix douce, souvent murmurée plus que chantée. De bout en bout sur « Assume Form » les compositions sont de véritables accroche-cœurs, un mélange heureux, d’ambiance feutrée et de profonde tristesse. Les arpèges cristallins et discrets soulignent la voix légèrement brisée du chanteur, vibrante d’émotion et de mélancolie. Soutenue par des loops de batterie qui groove, la voix se laisse aller à une ivresse qui nous fait tourner la tête et réveille nos sens par de délicats parfums. Voilà une pop urbaine  intime et raffinée, un croisement de titres faussement hip hop, entrecoupés de vraies ballades pop. Dès le premier titre, le piano empli l’espace et la voix douce trainante ondule,  étire les mots comme des élastiques. James Blake touche l’auditeur en plein cœur, par ses chuchotements, ses boucles répétitives cotonneuses et ses envolées en forme de prières aux incantations lyriques. On adhère aux gimmicks entêtants de « Tell Them », « Can’t Believe The Way We Flow»  dans la lignée des grands chanteurs de soul. Les influences se fondent harmonieusement, mixant grooves dubstep, electro  le tout rehaussé de flamboyants chœurs féminins. Le puissant « Mile High » avec Travis Scott, suivi du torride « Where’s The Catch? », en collaboration avec André 3000 vous attrapent doucement aux tripes. On trouve aussi des ballades mid tempos émouvantes telles « Into The Red», « This Too Shall Last ». Sur le déchirant « Are you in love» l’ombre d’Angelo plane. Un ange passe…On vous le redis, on vous le répète, cette voix envoûtante, identifiable entre mille, sonne magnifiquement. Les textes, simples et intenses, mettent en relief la force et la douleur des sentiments de James Blake. A découvrir très vite.

Jean-Christophe Mary

Titres

  1. Assume Form
  2. Mile High
  3. Tell Them
  4. Into The Red
  5. Barefoot In The Park
  6. Can’t Believe The Way We Flow
  7. Are You In Love?
  8. Where’s The Catch?
  9. I’ll Come Too
  10. Power On
  11. Don’t Miss It
  12. Lullaby For My Insomniac

 

[La Folle journée de Nantes] Félicien Brut et Julien Martineau, un duo délicieusement insolite
NETFLIX QUESTIONNE LE CINÉMA
Jean-Christophe Mary

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *