Electro
Concrète, l’attache techno parisienne

Concrète, l’attache techno parisienne

12 mars 2015 | PAR Enora Le Goff

Les beaux jours arrivent et Toute La Culture revient sur l’un des phénomènes techno des dernières années, la Concrète.

Cela fait bien trois ans que la péniche attachée au quai de la Rapée creuse son trou dans le milieu techno parisien. A la base, une fois par mois la péniche se retrouvait le dimanche, théâtre de magnifiques after intimistes. Aujourd’hui, la Concrète a pris de l’ampleur, ses soirées se sont étendues au reste du week-end et c’est désormais bondée que la péniche offre deux fois par mois des dimanches mémorables au son des plus grandes pointures techno européennes et mondiales.

Depuis désormais un peu plus d’un an la péniche propose des soirées de nuit le vendredi et le samedi, la gratuité des lieux avant 22h permet à toute une faune jeune et stylée de se retrouver sur le ponton pour prendre un verre ou pour décider de passer une soirée endiablée… Mais la Concrète même si elle s’est étendue à tout le week-end reste connue pour ses dimanches… Ouvrant à 7h du matin, elle est le lieu privilégié des jeunes clubbeurs en recherche de musique rythmée. Arriver le dimanche matin c’est croiser différents mondes, celui de la veille, qui sort juste de soirée, les yeux rouges et tirés, mâchoires crissantes, dans un même délire depuis déjà 10h, mais c’est aussi croiser une jeunesse fraîche, qui a dormi, qui s’est levée et préparée pour venir écouter en pleine possession de ses moyens les artistes qui investissent la péniche.

Certes le lieu a perdu de son intimité, la queue s’allonge le dimanche après-midi, mais la programmation a elle aussi évolué et donne à entendre aujourd’hui des line-up toujours plus folles. Chaque semaine se succèdent des artistes, des pointures de la techno de Détroit, de l’industrielle londonienne, de la minimale de l’Est, une multiplicité de labels, de collectifs, d’artistes qui font à chacun leur style, vibrer la péniche. Sans donner une liste exhaustive on a pu retrouver aux soirées des grands noms comme Marcel Dettman, Raresh, Dixon, François X, Nina Kraviz, Len Faki et on en passe…

En dehors de ces organisations de soirées, Concrète c’est aussi un label qui produit la nouvelle scène techno française émergente comme Antigone ou Cabanne… Et Concrète c’est aussi le label organisateur du désormais très connu Weather Festival dont l’édition d’hiver a eu lieu le mois dernier à la Villette. Et comment ne pas tarir d’éloges sur ce festival qui depuis quelques années offre au public français une programmation des plus pointues, dans des lieux toujours plus extraordinaires.

Pour exemple la péniche organisait dimanche dernier une soirée qui fleurait bon le printemps avec aux platines des set de Dixon, Henrik Schwarz ou Open b2b. Arriver en début d’après-midi c’est profiter du soleil toute la journée, se poser sur le pont, discuter et boire une bière avec des amoureux de techno, descendre à la cale se perdre dans les affres de la musique pendant des heures pour remonter et contempler le coucher de soleil sur la Seine, en sentant sur sous ses pieds l’effusion musicale se propager aux centaines de clubbeurs du dimanche. Un régal en soi.

Visuels (C) : logo Concrète – photos Jacob Khrist

[LIVE REPORT] Staline est mort , vive Anne-Sophie Mutter (Philharmonie, 10/03/2015)
« Tokyo Ghoul » Tome 10 : La tourmente de Ken
Enora Le Goff

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *