Classique
[Live Report] L’Ensemble Modern et Sabine Devieilhe à la Philharmonie

[Live Report] L’Ensemble Modern et Sabine Devieilhe à la Philharmonie

04 avril 2015 | PAR Elodie Martinez

Le Festival d’Aix-en-Provence s’invite une nouvelle fois à la Philharmonie de Paris (nous nous souvenons encore de la soirée des lauréats HSBC) pour un concert mettant en avant des compositions modernes, voire contemporaines. La salle loin d’être remplie montre un intérêt mitigé du public pour ce genre de musique malgré la présence ô combien alléchante de la soprano Sabine Devieilhe.

Les musiciens s’installent sur scène dans des tenues colorées et détendues, confirmant à chacun que nous ne sommes pas là pour un spectacle classique. Le premier morceau semble pourtant vouloir faire le pont entre classique et contemporain : il s’agit du Ricercar à 6 voix extrait de L’Offrande musicale BWV 1079 transcrite par Webern en 1934-1935 à partir de l’œuvre originale de Bach datant de 1747. On a tout de fois un peu de mal à retrouver Bach dans cette retranscription, ce qui montre à quel point Webern est parvenu à se l’approprier. Le seul petit problème qui se pose alors est celui de la partition : les cordes se font un petit peu dévorées par l’ensemble des vents et on les devine parfois plus qu’on ne les entend.

La seconde œuvre est de György Ligeti, Kammerkonzert [Concerto de chambre] pour treize musiciens, date de 1970 et se compose de quatre mouvements dont le premier, corrente, rappelle étrangement l’esprit de L’Oiseau de feu. Le deuxième est calmo sostenuto avant d’enchaîner sur un movimento preciso e meccanico. Lors de ce mouvement, les oreilles peuvent être mises à mal non par les musiciens mais par la partition aux airs parfois quelque peu cacophonique, certainement du fait que chaque instrumentiste tient sa propre pulsation. Enfin, le quatrième mouvement clôt l’œuvre sur un presto synthétisant les trois temps précédents et il est intéressant de noter que chaque mouvement est dédicacé : le premier pour Maedi Wood, le deuxième pour Traude Cerha, le troisième pour Friedrich Cerha et le quatrième et dernier pour Walter Schmieding. Il ne faut alors pas moins de trois saluts pour mettre fin à cette première partie de soirée entièrement instrumentale.

Ne nous le cachons pas, toute la salle attend alors d’entendre Sabine Devieilhe chanter Trojahn, d’autant plus qu’elle avait déjà chanté lors de la création de ces œuvres en juillet dernier lors du festival d’Aix-en-Provence. Sur ce point, nous ne serons pas déçus : la virtuosité vocale et la soprano s’adapte avec une impression de facilité déconcertante et le premier chant composé en 2014, L’Eternité à Lourmarin, pour soprano et ensemble, est techniquement très impressionnant. Suit Contrevenir, pour soprano et piano, extrêmement court mais parfaitement et logiquement lié au Contrevenir pour ensemble très plaisant. La direction de Michael Boder est alors assez amusante car elle ferait penser, uniquement par sa gestuel, à la gestion de la circulation !

La soirée termine ensuite par L’Allégresse, pour soprano et ensemble qui permet un véritable moment de grâce par la conclusion où seule la voix de Sabine Devieilhe résonne. Comme l’a dit une des spectatrices présentes : « C’est fou d’avoir une voix comme ça ! ». Il faut bien admettre que l’artiste n’est pas étrangère au succès de la soirée lors des applaudissements.

Dommage que le public n’ait pas répondu plus présent à cette invitation, car cette soirée à la technique musicale et vocale impressionnante permettait de rendre la musique contemporaine assez accessible, surtout pour celles et ceux qui ne sont pas adeptes à ce genre habituellement.

© Jensupaph

David Bowie collabore à l’élaboration d’une pièce de théâtre
Gardiner fait frémir la grande salle de la Philharmonie de Paris
Elodie Martinez
Après une Licence de Lettres Classiques et un Master en Lettres Modernes, Elodie découvre presque par hasard l'univers lyrique et a la chance d'intégrer en tant que figurante la production du Messie à l'Opéra de Lyon en décembre 2012. Elle débute également une thèse (qu'elle compte bien finir) sur Médée dans les arts en France aux XVIIe et XVIIIe siècles, puis, en parallèle d'un stage dans l'édition à Paris, elle découvre l'univers de la rédaction web et intègre l'équipe de Toute la culture où elle participe principalement aux pages d'opéra, de musique classique et de théâtre. Elle a aussi chroniqué un petit nombre de livres et poursuit l'aventure une fois rentrée sur Lyon. Malheureusement, son parcours professionnel la force à se restreindre et à abandonner les pages de théâtre. Aujourd'hui, elle est chargée de projets junior pour un site concurrent axé sur l'opéra, mais elle reste attachée à Toute la culture et continue d'être en charge de l'agenda classique ainsi que de contribuer, à moindre échelle, à la rédaction des chroniques d'opéra.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture