Classique
Concert de clôture de l’Opéra Comique : « ce n’est qu’un au revoir… »

Concert de clôture de l’Opéra Comique : « ce n’est qu’un au revoir… »

02 juillet 2015 | PAR Elodie Martinez

Samedi dernier se tenait le concert de clôture de l’Opéra Comique. Clôture de saison, bien sûr, mais aussi clôture du tricentenaire fêté tout au long de l’année, et surtout clôture de la direction de Jérôme Deschamps. Comme l’a souligné Olivier Mantei, futur directeur (voir notre article), la Maison est solidaire de ce départ puisqu’elle ferme ses portes pour 18 mois de travaux ! Si nous assistions à une quadruple clôture forcément émouvante, l’Opéra Comique est avant tout resté fidèle à lui-même en offrant, malgré la forte émotion, un concert dynamique, riche et de haute qualité.

Le ton est donné dès l’entrée en salle : le personnel a changé de costume, chemise blanche aux manches retroussées, foulard coloré et chapeau légèrement estival sur la tête. Ce soir n’est pas un soir comme les autres et nous sommes « entre amis ». Des avions de papier sont disposés sous les sièges des premiers rangs centraux afin que le public puisse éventuellement y inscrire un message destiné à Jérôme Deschamps lorsqu’à la fin nous aurons le signal pour envoyer sur lui nos bolides enfantins. Toutes les générations sont présentes, sans oublier les présidents des Amis de l’Opéra dont Roselyne Bachelot. Certains sont des spectateurs fidèles depuis des décennies, quelques personnes âgées ont même du mal à se déplacer, d’autres ne côtoient cet Opéra que depuis peu, mais tous ont tenu à être présents ce soir.

Le concert commence donc dans une atmosphère mêlent excitation, joie, nostalgie et une pointe de tristesse. Nous le savons : c’est un au revoir et une page qui se tourne. Peut-être même un livre entier qui se ferme. Mais la tristesse ne dominera pas cette soirée festive : le programme débute par l’Ouverture de Zampa, dont les premières notes nous font entrer dans le vif du sujet grâce au dynamisme du Cercle de l’Harmonie dirigé par le jeune chef Jérémie Rhorer. Ce dernier dirige d’ailleurs avec tout son corps, ne tenant pas en place, reflétant le juste entrain du jeu de l’orchestre tout en étant parfaitement à l’aise dans les passages et les airs plus lento ou laconiques. Une direction de rêve qui se terminera d’ailleurs par une Farandole de l’Arlésienne de Bizet digne des plus grands!

Côté voix, Julie Fuchs a fait savoir le matin-même sur les réseaux sociaux qu’elle ne pourrait malheureusement pas chanter pour le concert. C’est donc véritablement au pied levé qu’elle fut remplacée par Mélody Louledjian, dernièrement Ciboulette dans l’opéra du même nom joué en avril-mai dernier à l’Opéra Comique. Elle qui fut merveilleuse dans ce rôle l’est tout autant ce soir et en vient à faire oublier qu’elle n’était originellement pas annoncée.

Elle était accompagnée par le ténor Nicky Spence dont les qualités vocales frappent de plein fouet dès les premières notes. Cependant, son jeu d’amant nous laisse quelque peu indécis : il donne davantage envie de fuir que de tomber dans ses bras, avec ses regards par en-dessous et la langue passant sur ses lèvres…

Une fois le dernier air joué, Roselyne Bachelot apparaît sur scène, rappelant la fermeture de la maison pour les 18 prochains mois, argumentant que « lorsqu’elle voit l’état du pauvre Jérémie, elle ne doute que qu’il appréciera ces travaux de ventilation ». Jérôme Deschamps apparaît lui aussi avec la perruque portée dans ses Mousquetaires au couvent et entame un discours sur le ton de l’humour qu’on lui connaît après une véritable ovation du public conquis et debout. Très vite cependant, l’émotion se rappelle à tous car personne n’ignore que c’est la dernière allocution du directeur au public. . En plus des avions de papier, une dernière surprise attendait le directeur pour clore la soirée : les deux chanteurs sont arrivés accompagnés afin d’entamer La Barcarolle (celle-là même qui avait déjà clôt le gala du Tricentenaire en début de saison). Le public avait en sa possession les paroles et deux panneaux sur lesquels étaient écrits « A vous » sont apparus des loges du deuxième étage, rappelant la tradition de l’Opéra Comique. La salle entière entama donc cet air qui sonnait comme un véritable remerciement, un profond respect et un attachement pour Jérôme Deschamps.

Une soirée de haute volée donc, dans la plus belle tradition de l’Opéra Comique sous l’ère de son dernier directeur et dans une parfaite harmonie. « Oui, nous nous reverrons », et nous attendons déjà ce moment! D’ici là, la Maison nous promet de belles surprises et ne restera pas inactive (l’exposition au CNCS est d’ailleurs prolongée). Affaire que nous prendrons plaisir à suivre de très près !

©Opéra Comique
© Isabelle Kévorkian (via Twitter)

[Sortie dvd] « L’art de la fugue », chassés-croisés amoureux en tromperie mineure
Les soirées du week-end du 3 juillet
Elodie Martinez
Après une Licence de Lettres Classiques et un Master en Lettres Modernes, Elodie découvre presque par hasard l'univers lyrique et a la chance d'intégrer en tant que figurante la production du Messie à l'Opéra de Lyon en décembre 2012. Elle débute également une thèse (qu'elle compte bien finir) sur Médée dans les arts en France aux XVIIe et XVIIIe siècles, puis, en parallèle d'un stage dans l'édition à Paris, elle découvre l'univers de la rédaction web et intègre l'équipe de Toute la culture où elle participe principalement aux pages d'opéra, de musique classique et de théâtre. Elle a aussi chroniqué un petit nombre de livres et poursuit l'aventure une fois rentrée sur Lyon. Malheureusement, son parcours professionnel la force à se restreindre et à abandonner les pages de théâtre. Aujourd'hui, elle est chargée de projets junior pour un site concurrent axé sur l'opéra, mais elle reste attachée à Toute la culture et continue d'être en charge de l'agenda classique ainsi que de contribuer, à moindre échelle, à la rédaction des chroniques d'opéra.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *