Classique

[Live Report] Bataille et grande victoire de Laurence Equilbey à la Cité de la Musique.

[Live Report] Bataille et grande victoire de Laurence Equilbey à la Cité de la Musique.

13 octobre 2014 | PAR Bérénice Clerc

a3-1024x604

Laurence Equilbey a composé sur mesure pour la Cité de la musique le programme « Bataille et Victoire » qu’elle donna avec brio accompagnée par Insula orchestra, Accentus, Nuria Rial, Marianne Crebassa, Benjamin Hulette et Johannes Weisser. « La Messe du Couronnement » de Mozart et les rares « König Stephan » de Beethoven et « Kampf und Sieg » de Weber conquirent l’assemblée des spectateurs.

La salle de la Cité de la Musique est pleine, des caméras disposées aux multiples angles de la salle filment en direct pour une diffusion simultanée et visible ensuite en ligne ici.

Nous avions quitté Laurence Equilbey avec sa superbe version du Requiem de Mozart et sa web série où Lorenzo un jeune fan la suivait, il est dans la salle, le spectacle pouvait donc commencer.

La poétique et profonde « Messe du Couronnement de Mozart » résonne dès les premières notes, Insula orchestra se bonifie à chaque concert, comme si les instruments avaient décanté pour laisser apparaître de nouvelles couleurs, des rondeurs différentes, des croisements nouveaux.

Accentus, ses voix uniques font corps avec celles des solistes, Nuria Rial illumine, les voix et les instruments habitent l’espace. La direction précise et ciselée de Laurence Equilbey donne du relief à chaque note de la partition, entraîne l’ensemble des interprètes avec grâce et gravité, nous pourrions juste déplorer un léger manque de joie Mozartienne sans doute aspirée par l’austérité de la messe.

La première partie du concert est un vif succès, les mains claquent, les bravos fusent, les spectateurs d’un pas léger sortent pour l’entracte.

Spectateurs et musiciens regagnent leurs places, Laurence Equilbey au pupitre fait naître « König Stephan » de Beethoven.

Dès l’arrivée du son, la fantaisie, la rigueur et l’amplitude de la direction de la chef sont parfaitement justes pour cette partition et mettent en valeur les instruments un à un au cœur d’un  ensemble finement dessiné où tout résonne avec force.

Insouciance et menace se croisent, le sacrifice ne fait pas peur, l’arrivée du roi mériterait à elle seule une salve d’applaudissements tant elle élève le son des instruments et donne à voir, entendre et ressentir toute la gravité et les violences de la vie. La cantate sonne comme un mini opéra, voix et instruments se mêlent à merveille jusqu’à la conclusion triomphale.

Ego historique mis de côté, dans « Kampf und Sieg »  Weber raconte avec une somptueuse musique la victoire des alliés sur les troupes françaises de Waterloo. Insula orchestra se pare de nouvelles couleurs pour cette pièce divinement composée.

L’inquiétude, le souffle, l’espace vide, les trémolos, le rythme, les cordes indicibles tant leur son est superbe, des vents uniques lointains et proches, des cuivres superbes, la présence de Joannes Weisser prend toute sa force, la puissance du chœur et  l’unisson des solistes en alternance avec les violoncelles dessinent un espace guerrier, tendu mais pourtant doux.

Laurence Equilbey donne tout à sa direction, joie, vivacité, violence, son corps arrache chaque note avec envie, sa présence rend l’ensemble démultiplié, multicolore et d’une exigence rare.

L’idée interrogative doit traverser la tête de chaque spectateur : « Comment tient-elle debout après cela ? », le rappel aussi vif arrive, les saluts et la musique font oublier l’effort et le dépassement de soi transcendés par la musique et l’envie de partage.

Un très beau concert, un magnifique voyage dans des univers très différents à la plastique et aux sonorités fabuleuses.

Mark Lewis au Musée du Louvre
L’interview stroboscopique : Sarah W. Papsun
Bérénice Clerc
Comédienne, cantatrice et auteure des « Recettes Beauté » (YB ÉDITIONS), spécialisée en art contemporain, chanson française et musique classique.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *