Expos
Rebellion Afrobeat: L’expo événement consacré à Fela Kuti

Rebellion Afrobeat: L’expo événement consacré à Fela Kuti

19 octobre 2022 | PAR Melissa Chemam

Le Musée de la Musique de la Philharmonie de Paris vient d’inaugurer l’exposition événement consacrée à l’icône de la musique nigériane Fela Kuti et à son mouvement. I s’agit de la première du genre en Europe, réalisée grâce à la participation de ses proches et de nombreuses visites au Nigéria.

 

Le directeur général de la Cité de la Musique / Philharmonie de Paris, Olivier Mantei, se souvient : le premier concert de Fela Kuti a eu lieu en France à l’hippodrome de Pantin, à quelques rues du lieu de l’exposition. Celle-ci est le résultat du travail de trois commissaires d’expo, dont « ID », aka Mabinuori Kayode Idowu, ancien bras droit de Fela, qui a travaillé de près avec Alexandre Girard-Muscagorry et Mathilde Thibault-Starzyk, et consulté les enfants de la famille Kuti.

L’exposition s’ouvre avec un portrait du musicien en icône, réalisé par l’artiste américain Barkley L. Hendricks, avant de laisser place à des éléments photographiques, sonores, visuels et vidéos. La musique est partout, bien sûr, et les couleurs de Fela Anikulapo-Kuti, ses proches et son « Afrika Shrine » musical.

Avec ces pochettes de disques, vêtements de scène, instruments, enregistrements, l’Afrobeat reprend vie en plein Paris, rappelant l’exceptionnelle exposition ‘David Bowie Is’ du Victoria & Albert Museum, de 2013, passée par la Philharmonie en 2015.

Un héritage haut en couleur

Né en 1938 et décédé en 1997, Fela Anikulapo-Kuti est devenu une figure incontournable de la musique mondiale, en créant le style « Afrobeat », mêlant des rythmes Yoruba, du free jazz, de la soul et funk, intégrant progressivement des cuivres et percussions.

Trompettiste, saxophoniste, chanteur, pianiste et compositeur, mais surtout voix de l’identité africaine, Fela a depuis inspiré de grands noms sur plus de trois continents.

Membre de la famille Ransome-Kuti, qui compte dans ses rangs le révérend, professeur et principal Israel Oludotun Ransome-Kuti (premier président du syndicat des enseignants du Nigeria, fondé en 1951) et son épouse Funmilayo Ransome- Kuti (figure des luttes anticoloniales et pour les droits des femmes au Nigeria au tournant de l’indépendance), Fela fut aussi un messager et un homme politique. Un aspect que l’exposition met largement en avant.

Penseur du panafricanisme, un activiste et une star flamboyante, faisant résonner moult controverse. Avec ses groupes Afrika 70 puis Egypt 80, Fela s’est entouré d’un nombre croissant de musiciens et a donné naissance à des musiques de plus en plus complexes.

Parcours chronologique et politique ; festival de sons

Si l’exposition peut se parcourir au gré des extraits vidéos, qui interpellent évidemment, elle retrace aussi la biographie et le parcours de l’artiste, de sa naissance près de Lagos, en pays Yoruba, à son mariage à Londres et son retour au Nigéria.

Sa carrière y est embrassée au rythme de ses révolutions intellectuelles, en premier sa découverte du Black Panther Party notamment, lors d’un voyage aux Etats-Unis en 1969.

C’est à son retour à Lagos que prend naissance l’Afrobeat, inséparable de sa vision du monde et de sa fois en l’art comme instrument de changement social.

Les cartes, lettres, livres de sa bibliothèque, vinyles et photographies relate l’expérience de la République du Kalakuta, au rythme de ses hymnes des années 1970, comme ‘Why Black Men Dey Suffer » (1976) et le fameux titre « Zombie » (1976).

Un message et une vision de l’Afrique qui, pour les commissaires d’exposition comme pour les proches de Fela, reste plus que jamais d’actualité, alors que le mouvement Black Lives Matter résonne encore des USA à côtes atlantiques.

Festival des sens, voyage par procuration, Rébellion Afrobeat restera dans l’histoire des expositions consacrées à l’histoire de la musique mondiale.

FELA ANIKULAPO-KUTI
Rébellion Afrobeat
du 20 octobre 2022 au 11 juin 2023
Philharmonie de Paris

Lien : https://philharmoniedeparis.fr/fr/activite/exposition/24616-fela-anikulapo-kuti

Un retour idéal pour Fedora à la Scala de Milan
« Habités » de Séverine Mathieu : la santé mentale, un sujet humain, très humain
Melissa Chemam

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture
Registration